AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Au clair de la lune... { Yata [H]

Invité
Ven 12 Juil - 3:25
Encore un jour. Un jour de plus dans ce qui ressemblait à un lycée mais extrêmement bizarre. Il fallait l'avouer. Cette académie n'avait rien de très chaleureux, ni rien de très commun, d'ailleurs. Vous en connaissez beaucoup, vous, des académies où des clans, féminin et masculin, se disputaient le pouvoir ? Pour quoi ? Allez savoir. Même moi, je n'en savais pas grand-chose, si ce n'est que certaines filles se battaient avec les mots, d'autres avec les poings et vice vers ça chez les garçons. Certains étudiants étaient ceux qu'on regroupait sous le nom de « Pacifists ». En gros, ils n'agissaient pas dans cette guerre. Ils étaient soit contre cette guerre, soit des je-m'en-foutistes professionnels. Quant à moi, je faisais partie de ceux qu'on appelle communément les « Hecklers ». En somme, je regroupe des informations dans tous les sens. Je joue malicieusement pour gagner telles ou telles informations que je garderai ensuite pour moi ou que je donnerai au plus offrant. En somme, je m'amuse mais de mon côté et rien que pour moi. Cette position me plaît beaucoup, à dire vrai. Tout ça pour dire que, même si cet établissement semblait bien bizarre et surtout bien différent des autres, moi, ça me convenait parfaitement, depuis mon arrivée. A croire que mes parents n'avaient pas eu une si mauvaise idée, pour une fois. M'inscrire ici était la meilleure décision qu'ils avaient prise jusqu'à présent. Si je pouvais, je les embrasserais pour leur montrer mon affection. Mais bon. Je ne suis plus une gamine. Ceux que j'embrasse, désormais, ce sont mes compagnons d'un moment, ceux avec qui je m'amuse, juste comme ça. C'est amusant, vous savez. Les déstabiliser, c'est ma nouvelle passion.

Mais voilà... Donc, oui, encore une journée parmi tout ce bordel. Je me levai assez tard, il faut l'avouer. J'avais été me coucher assez tard, hier soir. Je n'arrivais pas à fermer les yeux. Cela m'arrive, de temps à autres, mais je ne m'en fais pas plus que ça. Lorsqu'il m'arrive de m'ennuyer, je traîne dans les couloirs, sans faire trop de bruit, pour éviter de me faire remarquer tout de suite. Les punitions ne sont pas vraiment ma tasse de thé. En me levant, j'avais envisagé que cette journée serait, comme toutes les autres d'ailleurs, chargée en aventures. Les Amazons et les Bastards allaient encore se taper sur la figure pendant que les Mermaids et les Aristrocrats allaient s'envoyer quelques tirades pour déstabiliser les adversaires. Pourtant, j'avais vite compris, en me levant, que je voulais encore plus m'amuser que d'habitude. Quoi de mieux que de jouer avec les nerfs et les émotions du petit Yata. Il était tellement adorable. Il était tellement naïf. Jouer avec son cœur et le voir rougir pour un rien, c'était totalement jouissif. Je n'en perdais jamais une miette de ce genre de situations embarrassantes pour lui. Aujourd'hui, j'avais donc décidé de lui donner rendez-vous à la piscine, le soir tard. Histoire qu'il n'y ait personne pour nous interrompre. Sinon, ce ne serait plus aussi intime et aussi... marrant ! On a beau dire, je trouve que moins on est de fous et plus on rit, dans ce genre de situations, en tout cas ! Vous n'êtes pas d'accord ? Alors que je lui envoyais déjà un sms, même si c'était pendant le cours de mathématiques, je souriais. Un sourire en coin de mes lèvres, l'un de ces sourires qu'il ne vaut mieux jamais voir sur mon visage. Ce n'était jamais bon signe. Pourtant, les filles avaient souvent moins à craindre cela. Sans doute parce que je trouvais que les garçons étaient de parfaits beaux parleurs. Cela ne faisait pas des filles des anges pour autant. Elles sont juste plus... hypocrites et opportunistes.

Lorsque le texto arriva à bon port, je recevais automatiquement des accusés de réception, je souris davantage. Il allait sans doute répondre positivement. Il ne pouvait jamais rien me refuser, à moi, la belle rousse. C'était mieux ainsi. Je n'avais même pas à ruser face à ce garçon qui se disait pourtant si fort. Tous dans les muscles, rien dans la tête, comme le dit l'expression. Une petite marionnette, en somme. C'était tout bonnement jouissif. Oui, j'aime rappeler à quel point je jouis face à des personnes aussi crédules. Et si mon langage vous choque, je ne vous oblige pas à rester, hein. Bande de puceaux. Après tout, c'était ma façon de gagner, de dominer alors que jusqu'à présent, j'étais celle qui étais soumise. Ce n'est pas franchement enviable comme position. C'était, maintenant, autour des autres de m'être soumis. Et puis, puisque je ne devais rien à personne, en tant que Heckler, je pouvais bien m'amuser comme je l'entendais. N'est-ce pas ? Personne n'avait à me dicter ma ligne de conduite. Personne. Certainement pas Yata. Parfois il rougissait, parfois il y allait à fond pour me faire plaisir. Un vrai petit garçon à mes pieds. N'est-ce pas plaisant ? Ne me dites pas que vous n'avez jamais rêvé d'être aux ordres de quelqu'un qui serait capable de tout pour vous. Vous seriez idiot, dans le cas contraire. Pourtant, je n'étais pas un monstre. Jamais je n'avais eu comme idée de le faire réellement souffrir comme en le blessant physiquement ou en lui disant que je ne l'aimais pas, même un tout petit peu. Quelqu'un que je déteste foncièrement, je cherche tout simplement à l'éviter. Disons que je jouais avec ses nerfs, rien de plus. Et s'il me détestait, lui aussi, il n'accourrait pas non plus à chaque sms qu'il reçoit de ma part.

Enfin, tout ça pour dire que lorsque la journée, bien que longue, fût terminée, j'eus un sourire bien affiché sur mon visage. Un sourire illuminé. J'allais pouvoir jouer. J'allais pouvoir me détendre et le taquiner, même juste un peu. Ses réactions étaient toujours idéales. Alors pourquoi faire comme si ça ne m'amusait pas ? J'étais tout simplement franche. Ce n'est pas ce que les garçons recherchent chez les filles ? Eh bien voilà. On peut dire que je suis la fille idéale. Lorsque j'arrivai à la piscine, j'étais déjà changée, en un bikini de couleur turquoise. Cela allait parfaitement avec mes cheveux roux. J'attendais, alors, au bord de la piscine, attendant, tant bien que mal, sa venue. La venue de mon petit Yata adoré.
Invité
Ven 12 Juil - 11:38
Comme d’habitude, cela s’annonçait être une journée assez lourde, ennuyeuse et tout ce qui pouvait aller avec. Il détestait tout simplement devoir se retrouver en compagnie de ces étudiants totalement stupide. Il se demandait même parfois pourquoi est-ce qu’il n’arrêtait pas tout simplement l’école… Mais il y avait une raison bien simple : malgré son niveau scolaire très faible, il n’avait pas envie de finir comme un déchet à la rue… Et puis Sei était un endroit qui lui convenait parfaitement. Des tarés un peu partout, des gens a frappé, bref, un endroit où il se sentait enfin chez lui.

Il pouvait se déchaîner sans cesse en dehors des cours, et même durant ceux-ci en fait. Ce n’était pas comme si cela le dérangeait plus que ça. Les punitions ou sanctions, à vous de voir comment nommer cela, ne lui faisaient pas peur. Il en avait tellement l’habitude qu’il trouvait ça rébarbatif et insignifiant. Que dire de plus si ce n’était qu’il était sans doute l’un des étudiants qui eut droit au plus grand nombre de sanctions depuis son arrivée ? Seulement deux ans, oui, seulement, et il devait avoisiner les quatre-cent retenues… Ouais, rien que ça. D’ailleurs les cours d’aujourd’hui, est-ce qu’il allait s'y rendre ?

Et bien oui ! Contre toute attente ! Il s’était rendu en salle de classe, sans réelle motivation, il fallait l’avouer, mais il y était. Pas mentalement, mais physiquement oui. Qui plus est, il n’avait même pas répondu à l’appel lorsqu’on avait prononcé son nom. De toute façon les professeurs ne faisaient pas réellement attention à lui, tout comme il ne faisait pas attention à eux. La journée passait lentement, c’était le moins que l’on puisse dire. Le petit Bastard s’ennuyait à en mourir, et pourtant c’était encore loin d’être terminé. Dommage pour lui. Il aurait peut-être mieux fait de faire ce qu’il faisait de mieux : dormir ?

C’était une option qui aurait sans doute eu un bien meilleur effet pour lui et qui l’aurait certainement moins emmerdé. Cependant, alors qu’il pensait réellement que sa journée était foutue, il sentit dans la poche de son short, son portable vibrer. Il fut surpris, car habituellement, on ne lui laissait jamais d’SMS ou que sais-je… Sauf peut-être une certaine personne… Et d’ailleurs, c’était justement elle. Haruhi. Elle venait de lui laisser un SMS. Il se doutait déjà plus ou moins de ce que pouvait contenir ce message, mais par simple réflexe, il préféra le lire. Histoire d’être sûr de ne pas se tromper, quoi…

Elle lui proposait de la rejoindre à la piscine, dans la soirée. Forcément, il n’allait pas refuser et répondit positivement à ce petit message. Mais par contre, il se demandait quand même pourquoi la piscine… Elle n’allait tout de même pas encore jouer avec sa timidité… Une minute… Piscine… Maillot de bain… Rien qu’à s’imaginer la scène, Yata se frappa le front de la paume de sa main, se trouvant débile. Il lui donnait clairement la meilleure occasion de l’embêter, là ! Cet imbécile… Mais en même temps, il ne pouvait pas vraiment lui refuser cela. Allez savoir pourquoi. Sans doute qu’il l’aimait bien, dans le fond…

Au final, après un looong moment d’attente, il était enfin l’heure : l’heure de sortir des classes et de s’éclater un bon coup ! Il sortit donc assez rapidement de la classe dans laquelle il avait cours à l’instant, avant de se diriger assez vite vers sa chambre. Pourquoi tant de hâte ? Tout simplement parce qu’il préférait quand même avoir son maillot avec lui. On ne sait jamais qu’elle souhaite se baigner après tout. Une fois dans sa chambre donc, il regarda d’abord s’il n’y avait aucun de ses colocataires de présents. Fort heureusement pour lui, ce n’était pas le cas ! Il prit donc son maillot/short, avant de s’étirer longuement. Il en profita également pour prendre une serviette, on ne sait jamais…

Il mit le tout dans son sac à dos, avant de partir faire une petite balade en attendant qu’il ne soit l’heure du « rendez-vous » avec la belle rousse. Il était malgré tout un peu stressé. Il se doutait parfaitement que sa timidité aurait encore raison de lui, pour ne pas changer. Et cela l’ennuyait un peu. Il n’aimait pas réellement se sentir aussi gêné quand il était en présence d’une fille, mais c’était tout simplement… Plus fort que lui. Un véritable soumis, avec elle, si ce n’était pas malheureux, tout de même… Il en riait même, d’ailleurs, autant prendre ça du bon côté, n’est-ce pas ?

L’heure approcha à grand pas. Il était donc temps de se rendre au point de rendez-vous. Il passa sa main dans sa nuque, alors qu’il se rendit à la piscine, toujours un peu stressé. Il espérait aussi que ce ne serait pas une mauvaise blague… Quoi que, ce n’était pas réellement son genre, en fait. Même si elle aimait bien l’ennuyer, elle n’était pas du genre à le laisser en plan, tout seul à un endroit où elle l’aurait « invité ». Enfin, c’était ce qu’il pensait. Peut-être qu’elle se jouait de lui, ça il n’en saurait sans doute jamais rien. Mais il lui faisait… Confiance.

Il arriva enfin à la piscine, et avant même de se rendre à celle-ci, il alla rapidement se changer. Après tout, il préférait prendre ses précautions. Il était donc désormais en « short de bain », de couleur orange. Il déposa ses vêtements dans son sac, sans même faire attention à les plier correctement. Il regarda un instant son tatouage au niveau de son pectoral gauche, avant de sourire doucement. Il l’aimait toujours autant ! En même temps, il était vraiment fier de ce qu’il avait dessiné. Bref, plutôt que de rester là plus longtemps, il prit son sac remplis de vêtements, avant de le déposer à l’extérieur, constatant qu’elle était déjà là, au bord de la piscine.

Le petit bonhomme laissa ses affaires au sol donc, avant de s’avancer lentement vers elle. Pour une fois, il n’avait pas son bonnet sur sa tête… Elle serait sans doute la première à le voir les cheveux « à découvert ». En tout cas, une fois assez proche d’elle, il n’osait pas trop regarder son corps. Il savait très bien qu’elle était généreusement proportionné, et il savait également que ses joues ne resteraient pas incolores longtemps, mais bon. Au bout de quelques secondes, il finit par s’asseoir à côté d’elle, au bord de la piscine, pour ensuite la regarder du coin de l’œil.

« Désolé, je t’ai fait patienter un peu, Haruhi. Je suis pas trop en retard ? » Bah oui, autant demander s’il ne l’avait pas trop fait patienter, la pauvre ! Cependant, quand il avait tourné la tête vers elle, son regard avait été légèrement distrait. A un tel point qu’il en avait observé le reste de son corps. Il n’y avait pas à dire ; Haruhi était vraiment une fille magnifique. Il en rougissait d’ailleurs, de la voir aussi proche de lui, uniquement en maillot de bain. Et plutôt que de sembler un peu trop attiré par ce corps de rêve, il se mit à regarder l’eau longuement, y glissant ses jambes, lentement. L’eau était plutôt froide, sans doute à cause de l’heure tardive, mais bon, il ferait avec. « Whow… C’est froid… » Avait-il dit, son corps tout entier étant parcouru d’un long frisson.
Invité
Sam 3 Aoû - 13:11
Amusant. Sans aucun doute mon petit Yata adoré était amusant. A l'idée même qu'il se presserait pour me rejoindre, j'étais prise d'un sourire et d'un petit rire intérieur. Je pouvais tout lui demander, tout lui faire faire. Il m'obéissait au doigt et à l'oeil. N'est-ce pas adorable ? Je trouve, moi. On aurait dit un petit chiot égaré. Et c'est connu, les petits chiots égarés sont fidèles au maître qui les prend sous son aile. Et puis, j'étais une gentille maîtresse, n'est-ce pas ? Lui autoriser à observer mon corps divin et lui permettre de s'évader durant certaines nuits. C'était souvent à ses risques et périls, d'ailleurs. Moi, que ce soit par les points ou par la parole, je parvenais toujours à ne pas en risquer quoi que ce soit. Il y a ceux qui sont malins et ceux qui ne le sont pas.

La vie est régie par la loi du plus fort, en tout cas, ici, à Sei Gakuen. S'il n'était pas tombé sur moi, qui sait, peut-être serait-il encore égaré et se serait-il fait manger. Bon, au sens figuré, bien évidemment. Je ne pense pas qu'il y ait des cannibales dans l'école. L'amusement, c'était surtout les coups de poings. Yata disait connaître cela. J'aimerais bien voir. Il venait toujours la queue entre les jambes lorsque je lui demandais quoi que ce soit. Un bastard, ça ? J'en rigolais rien qu'à l'idée qu'il puisse s'en vanter ouvertement. Il était juste mignon. Je devais souvent le lui rappeler, d'ailleurs. Juste histoire qu'il ne se prenne pas la grosse tête et veuille, qui sait, me dire « non ». Ce n'était pas une option. Néanmoins, je n'avais jamais, ô grand jamais, besoin d'élever la voix. Il craquait trop rapidement et fondait lorsque j'osais plonger mon regard dans le sien et, pire encore, lorsque j'osais le toucher, pour m'amuser de son corps et de ses réactions.

Ce soir aussi, je comptais bien m'amuser. Pas question de le faire venir juste pour discuter. Pour ça, j'avais des amis et des filles qui avaient un peu plus de cervelle. Des filles qui n'étaient pas complètement soumises et qui étaient sur le même pied d'égalité que moi. C'est connu, les filles sont plus intelligentes que les garçons et depuis qu'elles savaient se battre, elle les dépassait pour ça aussi. J'étais intransigeante à ce sujet. Yata ne savait pas énormément discuter là-dessus vu qu'il n'aimait pas me contredire et encore moins me contrarier. Pourtant, devant d'autres filles et devant d'autres garçons, il se montrait beaucoup plus explosif. Enfin, parait-il. Moi, au fond, je n'avais que son côté sage petit garçon. N'allez pas croire que ça me déplaisait. Je m'en régalais !

Au bout d'un moment, je le vis donc arriver au loin. Il était habillé comme il le fallait pour une petite baignade nocturne. Enfin, si ce n'était qu'une baignade. Je rigolai doucement, à cette idée, amusée par sa réaction. Je la connaissais d'avance, après tout. Mon Yata. Mon cher Yata. Que tu es prévisible ! Pourtant, je ne m'en lasse jamais, tu le sais bien, n'est-ce pas ? Lorsqu'il entra dans la dite piscine, je souris. Je n'avais pas un grand sourire, comme si j'étais pressée de le retrouver. Ce n'était pas à moi de jouer ce rôle. Non, j'avais plutôt un sourire confiant et amusé. Un sourire en coin de lèvres. C'était ma petite marque de fabrique. C'était ma façon de montrer que j'étais contente d'avoir ce que je voulais quand je le voulais. Il était un peu en retard, certes, mais ça, ce n'était rien. Il ne fallait pas qu'il le sache, évidemment, mais moi, je le savais très bien. Du moment que je pouvais jouer avec lui et son corps.

J'avais pu remarquer un détail non négligeable dès qu'il me rejoignit. Il n'avait pas de bonnet. Ni son bonnet fétiche, ni même un autre. Était-ce un petit cadeau personnel ? J'aurais aimé, en tout cas. Le fait était que je devais être l'une des rares personnes, de cet établissement, à le voir ainsi. Je souris davantage, hochant la tête sur le côté. Je lui montrais mon amusement, de cette façon. D'ailleurs, je le scannai du regard pendant plusieurs secondes, facilement une minute, je dirais. Parce que j'en avais envie, tout à fait, mais également parce que je voulais intensifier le moment. Je savais que ça le gênerait davantage. Je posai alors mon index sur mon menton, continuant le petit jeu séduction et gêne. Je m'en délectai davantage lorsqu'il se posa juste à côté de moi. Il se fondait déjà en excuse. Mignon. Je n'étais pas méchante, il le savait bien.


« Ne t'en fais pas. J'ai pris le temps de m'habituer à l'eau, pendant ce temps-là. En plus, je suis assez contente du résultat. »

Je pris sciemment une pause, pour accentuer la suite.

« Tu es encore plus mignon sans ton bonnet, Yata-kun ! A croire que tu t'es fait beau uniquement pour me faire plaisir. Si je ne te connaissais pas assez bien, je pourrais croire que tu veux profiter de moi, mon joli ! »

Oui, les mots que j'utilisais n'étaient pas choisis au hasard. Je le faisais exprès. Je me délectais. Finalement, je me rapprochai davantage de lui, feignant de ne pas voir son regard posé sur mon corps. J'aimais cela. Pourtant, il ne fallait pas le lui faire comprendre. Lorsqu'il rougit, je rigolai doucement. Prévisible. Très prévisible. Un petit timide qui s'écrase facilement face à moi et à une majorité de filles. J'attendis qu'il se soit installé comme il le désirait pour me rapprocher encore plus. Je vins poser un baiser sur sa joue avant de rigoler, une nouvelle fois. Mon petit jeu de séduction. Mon petit jeu rien qu'à moi. Il allait se sentir mal. Je le savais parfaitement et je m'en réjouissais d'avance. Après quoi je passai mes mains dans ses cheveux pour jouer avec ceux-ci. Il allait encore en voir de toutes les couleurs, le petit garçon.

Après quoi, j'entrepris de sauter dans l'eau, venant le tirer par les jambes pour qu'il tombe de suite après. Rigolant doucement, je le pris dans mes bras, son dos contre mon ventre. Il pouvait sentir ma poitrine à travers mon bikini.


« Si on s'amusait un peu. Qu'en dis-tu, Yata ? »

Sans crier garde, je vins déposer un baiser sur son nez. Après quoi, je descendis faussement pour réapparaître en face de lui.

« Fais-moi plaisir ! Faisons une petite baignade nocturne intime ! »

Un sourire en coin de lèvres, hochant la tête, je lui tirai la langue.
Invité
Sam 17 Aoû - 1:07

Cela faisait quelques jours déjà, qu’il n’avait plus vu Haruhi. Même si cela ne semblait pas les embêter, l’un comme l’autre. Malgré tout cela ils arrivaient encore à se retrouver, pour finalement se retrouver dans une situation embêtante : pour Yata évidemment. Elle connaissait tous des points faibles de Yata. Et le plus important de tous également ; sa timidité. Elle jouait souvent de son corps pour le séduire, le faire rougir, tout ça dans l’optique de s’amuser. Au début, cela le mettait réellement mal à l’aise, mais à force, il avait fini par s’habituer et à ne plus trop y faire attention.

Par moment, il se trouvait stupide, de lui obéir ainsi, mais il n’y pouvait rien. Elle savait exactement comment le faire craquer, et il ne pouvait pas résister. Puis il faut l’avouer, elle était vraiment belle, alors comment pourrait-il seulement essayer de lui dire non quand elle avait besoin de lui ? C’était bien rare, qu’une femme aussi bien roulée s’intéresse à lui, il faut dire. Même s’il savait pertinemment que c’était uniquement pour son plaisir personnel et avoir simplement son petit chiot rien qu’à elle.  M’enfin soit, il ne pouvait pas se permettre de la laisser attendre plus longtemps. Après tout, un homme n’était pas censé faire attendre la personne qui l’avait invité.

Même s’il avait quelques minutes de retard, il était enfin arrivé, non loin d’elle. Elle était déjà en maillot de bain, ce qui l’avait forcément faire rougir. Elle était belle. Que dis-je, sublime ! Et il allait la voir ainsi durant toute la soirée… Bon sang, qu’est-ce que ça allait être dur de rester calme et surtout : de ne pas manifester sa timidité. Il vint donc s’asseoir à ses côtés, souriant légèrement. Il en avait évidemment profité pour s’excuser, mais à peine il était arrivé, qu’elle commençait déjà à essayer de l’ennuyer, le souci : ça marchait énormément bien.

Il ne savait trop où donner de l’œil… Quand elle le fixait aussi intensément, c’était toujours gênant pour lui, mais à la fois plaisant. Il ne savait pas réellement pourquoi, mais quand elle agissait ainsi, il trouvait ça en quelques sortes… Amusant. Bref. Elle semblait avoir accepté ses excuses : ce qui était une bonne chose en soit. Forcément, il se serait plutôt sentit con si elle lui avait dit qu’elle ne le pardonnait pas. M’enfin soit, l’important c’était qu’elle n’avait pas refusé ses excuses, n’est-ce pas ? Il ne pouvait cependant pas empêcher son regard d’observer les formes généreuses de la belle rousse… Assez embêtant on va dire.

Il fut surpris de l’entendre dire qu’il était plus mignon, sans son bonnet. Par réflexe, il posa une main dans ses cheveux en baissant le regard, rougissant un peu. S’il passait son temps à cacher ses cheveux, c’était principalement parce qu’il ne les aimait pas, lui. Haruhi semblait vraiment d’humeur à vouloir jouer, la preuve, elle en rajoutait une couche, sous-entendant qu’il aurait très bien pu faire ça pour pouvoir profiter d’elle. Rien que d’imaginer la scène, le jeune garçon commença à rougir, aussi vif qu’une tomate, presque. Il déglutit difficilement, avant de tourner la tête vers elle assez lentement, essayant de surpasser sa gêne.

« Je pense que venir à la piscine avec un bonnet de ce genre aurait été un peu stupide… Puis tant qu’à venir auprès d’une belle fleur, autant être présentable, non ? »

Il retourna à nouveau la tête pour fixer l’eau, avant de sentir les lèvres de la belle se poser sur sa joue. Il ouvrit un peu plus grand les yeux, surpris, avant de déglutir à nouveau, se sentant presque chauffer sur place. Il n’aimait pas être aussi mal à l’aise, en général, mais avec elle c’était un peu différent. Certes elle profitait de sa faiblesse, mais ce n’était pas pour au final, lui faire du mal, ou bien se moquer de lui ouvertement. C’était devenu un jeu, aussi bien pour elle, que pour lui. Et cela ne semblait pas pour autant lui déplaire, il faut dire. Il se frottait la nuque, constatant qu’elle jouait avec ses cheveux.

Il n’allait pas l’en empêcher. Après tout, il était là pour lui faire plaisir, non ? Soudainement, elle sauta à l’eau. Et c’est là que tout commença. Elle en avait profité pour le tirer par les jambes et l’attirer dans l’eau également. Lui qui n’avait pas eu le temps de s’habituer à la température de celle-ci, le voilà bien surpris ! Mais assez rapidement, il sentit le corps de son amie se coller contre lui, par son dos. Il ne pouvait s’empêcher de rougir, et même d’avoir un peu chaud. Il tourna la tête vers son amie qui en profita bien évidemment pour lui embrasser le nez.

Elle lui avait demandé s’ils pouvaient s’amuser. À cette question, il ne pouvait faire qu’une seule chose, accepté. Il savait très bien qu’en soit, ce n’était pas une question ou quoi que ce soit, c’était surtout une exigence. Et dans l’instant actuel, il ne pouvait pas vraiment lui refuser quoi que ce soit. Elle avait toutes les cartes en mains. Il hocha la tête, avant de la voir revenir face à lui, étant passée sous l’eau. Elle lui souriait, mais lui tirait également la langue. Elle en profita également pour lui imposer une baignade nocturne, mais… Intime. À ces quelques mots, il réfléchit seulement quelques secondes avant de répondre simplement.

« Si c’est ce que tu veux… Pourquoi pas ? »

Il se rapprocha un peu plus d’elle, avant de l’attirer contre lui. Il préférait la garder contre lui plutôt que de la voir aussi distante… Surtout que cela lui donnait une trop bonne vue sur ses formes. Il inspira longuement avant de finalement fermer les yeux, et glisser une main dans sa nuque, la lui caressant délicatement, pour ensuite déposer lentement ses lèvres sur les siennes. Son autre main, quant à elle, se faisait un peu plus baladeuse, allant caresser le bas de son dos avec tendresse. S’il le pouvait, il souhaitait également l’embêter un peu, mais il savait pertinemment qu’il serait plus sa victime que l’inverse.

Ce n’était pas comme s’il était aussi doué qu’elle, après tout, mais il savait très bien ce qu’il avait à faire, et il comptait bien le lui prouver, pour une fois. Il finit par rompre le baiser avant de déposer son front contre le sien, et la fixer longuement dans les yeux. Il rougissait, c’était inévitable après tout, mais bon. « Désolé si je m’emporte un peu, Haruhi… » Sa main qui se trouvait dans le bas de son dos, se glissa ensuite sur l’une de ses cuisses, qu’il caressait du bout de ses doigts, avant de l’embrasser à nouveau, un peu plus intensément.

Lui aussi, pouvait se montrer coquin, par moment. Même s’il était un peu moins, voir même beaucoup moins, qu’Haruhi.
Invité
Dim 18 Aoû - 3:46
Qu'il était mignon, qu'il était rigolo, qu'il était... parfait ! Pour moi, bien évidemment. Je l'aimais tel qu'il était. Il ne fallait pour rien au monde qu'il ne change. Après tout, il était toujours aux petits soins pour moi. Il accourait dès qu'il recevait mon appel ou un message. Je l'aimais pour cela. J'avais le sentiment de le dominer et j'en avais clairement besoin. Les autres garçons m'ennuyaient, sinon. Surtout les artistrocrats qui ne savaient utiliser que les mots. Moi, j'avais besoin des gestes, des mouvements, des touchers pour m'exprimer. Néanmoins, cela ne m'empêchait pas d'user des mots pour avoir mes proies. Comme avec ce cher petit Yata. Je savais pertinemment comment lui parler en fonction de la situation. Il faut l'avouer, aussi, que sa timidité accentuait mon emprise sur lui. Gentille petite chose. Si c'est cruel ? Allez demander ça aux mermaids qui n'ont de cesse que d'ennuyer tout le monde avec leurs belles paroles !

D'ailleurs, je m'amusais de voir qu'il m'observait déjà. Petit coquin, vas ! Je savais pertinemment que je ne le laissais pas indifférent. C'est bien pour cela que j'accentuais aussi mes mouvements. Je calculais tout. C'était la meilleure manière pour le coincer et l'avoir pour la soirée, uniquement parce que je le voulais. Il n'y avait pas besoin de raison supplémentaire. Même lui, il s'en suffisait. Il faisait avec. Lorsque je lui fis mon compliment, il rougit et baissa la tête. Réaction typique du jeune homme. Je rigolai alors doucement avant de lui tirer la langue. Qu'il était touchant. Lorsqu'il me lança de belles paroles, je fus attentive et je les reçus avec grand plaisir.


« Tu sais parler aux femmes, hein, Yata ? C'est bien pour cela que tu es mon préféré ! »

J'avais expressément accentué le dernier mot. Que j'aimais être complimentée. Que j'aimais me sentir aussi désirée. La raison profonde était cachée, bien loin, mais restait secrète pour tous ceux qui faisaient partie de Sei. Pas question de montrer une faiblesse. Ce serait tendre le bâton pour me faire battre. Peu après, je fus contente du résultat de mon baiser, d'abord sur sa joue. Il ne bronchait pas. Il eut du mal à comprendre tout de suite ce qu'il se déroulait. A nouveau, habituel chez lui. Je souris davantage, me léchant les lèvres. Après, ce fut le baiser sur le nez, mais surtout mon corps collé au sien. A travers le tissu mouillé, il pouvait aisément sentir mes tétons légèrement durci à cause de la température froide de l'eau.

Comme je l'avais prévu, il avait accepté ma proposition, pour l'appeler ainsi, de baignade nocturne et surtout intime. J'étais ravie. J'étais déjà bien excitée. Les idées me venaient rapidement dans la tête. Je sentais que j'allais m'amuser, une fois de plus. C'était très bien ainsi ! Autant pour lui que pour moi, d'ailleurs. J'en étais persuadée. Après avoir tiré la langue, je rigolai doucement avant de hocher la tête.


« Merci, mon mignon. Tu es le plus parfait de mes petits... jouets ! »

Après quoi, je me laissai attirer jusque contre lui. Je profitai des premiers soins qu'il me promulgua : une caresse au niveau de la nuque et un baiser un peu plus timide que les miens mais que j'appréciai tout de même. La main dans mon dos me fit frissonner mais je ne bronchai pas le moins du monde, bien évidemment. Je jouai de ma langue lors de l'échange, après tout, il ne fallait pas que je sois trop passive, non plus. J'aimais bien quand il prenait les devants, mais je devais réagir pour lui montrer la bonne voie ! C'était mon devoir. En tout cas, celui que je m'étais auto-donné pour mon propre plaisir.

Lorsqu'il vint déposer son front contre le mien, cherchant à s'excuser d'avoir réagi de la sorte, je rigolai davantage avant de lui mordiller les lèvres, juste après le second baiser. Je frissonnai à nouveau en sentant sa main baladeuse sur l'une de mes cuisses et, comme pour l'empêcher de s'écarter, je refermai mes jambes et bougea frénétiquement pour donner le rythme du mouvement. Après quoi, je hochai la tête, tirant à nouveau la langue.


« On ne s'excuse pas quand on fait plaisir à une belle demoiselle, Yata-kun ! »

Je posai mes mains dans le bas de son dos et entreprit de mordre à nouveau ses lèvres avant une pointe d'amusement. Il fallait bien que je démontre ma propre soif de jeux dans ce genre. Je savais, de toute manière, qu'il n'allait pas aller dans le sens contraire. C'était loin d'être à sens unique, même si je le dominais fortement.

{ Comme prévu, plus court. éé
Invité
Ven 23 Aoû - 2:25

Au clair de la lune...
C’était rare, venant de quelqu’un comme lui, qu’il prenne les devants. Il avait toujours l’habitude de s’écraser quand une fille commençait à jouer de sa timidité. Ce qui n’était pas toujours pour lui plaire, en effet. Pour un Bastard tel que lui, c’était assez ennuyeux de devoir s’écraser à chaque fois, mais il faisait avec. C’était une question d’habitude, même si cela pouvait être agaçant. Avec Haruhi, par contre, c’était différent. Il savait qu’il avait « une récompense » à la clé. Et pas des moindres.  Après tout, elle était réellement une « belle plante », si on pouvait le dire ainsi.

Elle semblait vouloir profiter un peu plus de sa timidité, la preuve, elle insistait sur le fait qu’il était son « préféré ». Bien évidemment, il ne pouvait pas s’empêcher de rougir, mais aussi de sourire. Dans un sens, cela lui faisait plaisir. Mais bon, il devait éviter de trop le montrer, qu’il était content d’être son préféré. Qui sait, elle pourrait tout aussi bien en profiter pour l’ennuyer encore plus ! Et ça, il valait mieux l’éviter, par simple sécurité. On ne sait jamais ce qu’il pourrait arriver, après tout, il était à Sei ! Tout pouvait lui tomber sur la gueule d’un moment à un autre.

Mais pour l’instant, tout ce qu’il voulait, c’était profité de cette « baignade nocturne » et intime, comme l’avait si bien nommée Haruhi. Oui, le petit Yata voulait en profiter, pour une fois. Ce n’était pas comme s’il pouvait toujours se vanter d’avoir de si belles filles dans ses bras. D’ailleurs, elle était bien plus que dans ses bras, elle était directement contre lui. Il pouvait sentir contre son torse, ses tétons à travers le tissu de son maillot de bain. C’était logique, vu la température de l’eau. Mais ce n’était pas un souci, il s’arrangerait pour bien rapidement la réchauffer, comme il se doit.

« Je compte bien en profiter moi aussi, cette fois… »

Oui, c’était bien ses propres paroles. Ces mots étaient bien sortis de sa bouche. La sienne, pas une autre. Pour une fois, il montrait réellement ses envies et pour prouver qu’il avait vraiment envie de jouer, lui aussi, il entreprit de l’embrasser, longuement. Dans un début assez timide, pour finalement le transformer en un baiser plus langoureux, plus intense. Ses caresses se faisaient toujours aussi tendres, bien que l’une de ses mains fût de plus en plus baladeuse. Elle était restée au niveau d’une de ses cuisses, alors que la belle rousse décida de refermer ses jambes sur lui, l’empêchant ensuite de s’éloigner d’elle.

Comme si cela allait seulement lui traverser l’esprit ! Elle lui avait d’ailleurs dit qu’il n’avait pas besoin de s’excuser face à son comportement assez « désireux ». Oui, parce qu’il la désirait. Elle le faisait craquer. Et puis, comment aurait-il pu résister à une femme aussi belle qu’elle, de toute façon ? Bref. Elle se montrait un peu plus « taquine ». Elle venait lui mordiller la lèvre, montrant ainsi sa soif d jeu. Ce qui était fort habituelle, venant d’elle. Quoi qu’il en soit, il ne restera pas muet comme une carpe, et il comptait bien lui montrer que lui aussi, il pouvait avoir ce petit côté « coquin ».

Bien lentement, sa main qui se trouvait tantôt sur sa cuisse, alla se poser sur ses fesses, qu’il commençait à caresser avec sensualité. Fermant lentement les yeux, il alla nicher son visage dans le creux de son cou, avant de déposer de légers baisers, à plusieurs reprises. De temps à autres, il laissait son côté un peu plus sauvage mordiller la peau de son cou, laissant ensuite glisser le bout de sa langue sur sa peau douce. Il laissa par la même occasion sa main, tout à l’heure dans sa nuque, descendre sur son ventre, qu’il caressa avec tendresse. Il remontait bien évidemment petit à petit, se dirigeant vers sa poitrine.

« Tu n’as pas trop froid j’espère ? »

Il lui avait susurré ces quelques mots à l’oreille, souriant par la même occasion, alors que sa main se posa lentement sur sa poitrine. Il n’hésita pas à « jouer » de sa main sur cet endroit supposé « privé » chez les femmes. Comme il s’agissait d’un moment de jeu, alors autant pousser le vice jusqu’au bout. Il laissa par la même occasion se bassin se coller contre le sien, voulant lui faire ainsi comprendre son envie. Son désir de s’amuser un peu plus avec elle. « Ça ne te dérange pas, que je m’amuse un peu aussi ? » À ces mots, il s’empara à nouveau de ses lèvres, glissant finalement sa main sous le tissu de son haut de maillot de bain, caressant directement sa poitrine avec sensualité.



codes par shyvana
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au clair de la lune un amour lupin [ Primrose et Josh]
» Au clair de la lune [Asuna]
» Mettons les choses au clair! (NYI,PHI,MTL,SJ) :D
» Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]
» Au clair de la lune [Asuna Tutsiki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Archives RP-