AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Le feu purifie les Ames: Saint Augustin (Aoba)

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Jupiter
INSCRIPTION : 16/07/2012
MESSAGES : 85
Jeu 15 Aoû - 7:32


La Confusion nageait en sportive aguerrie dans les tempêtes qui me servaient de pensé depuis quelques jours. Oh ça oui, elle appréciait le Danger, s'en délectait! Plus la baignade devenait périlleuse, plus le jeu la distrayait... Je songeais à quitter mon groupe, cependant aujourd'hui je remets cette décision en question...A quoi je le dois, à qui en vérité: Iwan Baumann, un ancien membre lequel mon affection et mon estime demeurent inchangés... Au cœur du Royaume Sylvestre, je me pose un instant pour écouter l'étrange complainte d'une créature appartenant au monde animal, sans pouvoir l’identifier. Une connaissance précise de la faune et la flore ne figure pas parmi mes compétences.
Je sors mon briquet à la vue d'une repoussante création humaine, que Vulcain fasse disparaître cette outrage à Gaïa séchant les larmes outragées de celle ci! En digne serviteur, je me plie à la volonté de ma Déesse rouge comme à celle de son époux de Fer, voilà les premières notes de la Symphonie Flammes retentissent, apaisant les doutes, les craintes...O Elément Salvateur aux pouvoirs méconnus...Pauvre Bienfaiteur Incompris.
De tes multiples Langues Voraces, tu dévores, ton appétit insatiable me fascine comme il le me terrifie, nourris toi de cette Anomalie Visuelle, transformes la en cendres, rends sa beauté originelle, redonne sa Couronne au Roi...Oui fais tout disparaître, si tu pouvais agir ainsi avec mes peines, je ne t'aimerais que plus... Mon Allié, mon Protecteur, je ne te remercierais jamais assez de m'avoir sauvé...Autrefois... Que de grâce dans ta Danse, subtile, délicate ensorceleuse.  
A cette vue me voici Prêtre des temps anciens, Chaman d'une civilisation inconnue, il suffit de clore les paupières, baisser le Rideau Mental: le charme opère, le réel n'existe plus. Que je me moque de la Raison, je m'en ris, je la raille, Vieille Doyenne aux Armes sans Couleurs...Oublie moi, cesse de m'accabler, de juger, me blâmer. Je veux succomber aux Charmes de ta Rivale....Sans renoncer à toi. Laissez Salomon appliquer sa Justice, ne vous jalousez pas l'une l'autre, vous contribuez à ce que j'appelle mon équilibre.
Mon amour à votre égard égale la haine que vous parvenez à m'inspirer... La chose se consume, se réduit, alors que ses molécules se réduisent lentement, l’Étincelle prend naissance dans mes yeux: oui la Beauté de la Destruction existe, voyez par vous même. Et je continue, psalmodiant secrètement, rendant grâce à chacun des Êtres Supérieurs. Pourquoi? Mais je m'amuse enfin, je me distrais, je m'évade... Où réside le Crime? Nul par, passez votre Chemin dans ce cas!
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Jupiter
INSCRIPTION : 16/07/2012
MESSAGES : 85
Ven 16 Aoû - 6:08
Alors que les Peuples envahissent mon esprit de façon appréciable, une petite voix me sort de ma création psychique. Un garçon, brun, les yeux bleu, cette couleur symbole de rêverie ainsi que de mélancolie, selon les usages en peinture. Oh, un compliment, qui ne s'adresse pas à moi mais à son Altesse. Je sais que tu ne le remercieras pas, donc je vais m'exprimer en ton nom: me le permets tu?  Si, oui, un signe? Une braise
- Le Dieu doublement Nommé apprécie que tu admires son Allure. Le pauvre s'ennuyait seul et m'a appelé pour lui tenir humblement compagnie, souhaiterais tu te joindre à nous? Car je perçois chez toi une évidente inclination... Serais tu Initié? Il semblerait que oui. Dans ce cas prends place, son Épouse vient de me donner son accord.
Je vous effraie? Voyons, admettez le, votre orgueil mal placé vous perdra un jour...Non la peur, contrairement à une opinion honteusement répandue ne révèle hormis dans les cas vraiment extrêmes aucune faiblesse de caractère, juste un instinct de survie, ou conservation si vous trouvez cela plus approprié plus développé. Un morceau de plastique vient s'ajouter au Sacrifice Païen, je déteste ça décidément les ordures qui traînent ayant pour les emballages en plastique une aversion particulière dû à leur aspect. Je laisse le second adolescent s'installer quelques à coté de moi.
Le feu, étrange, indomptable, souvent vu comme plus mortel que l'eau, mais ceux qui tiennent ce discourt pensent ils à la force meurtrière de l'océan? Sa vitesse, la puissance des vagues qui par la physique deviennent d'une lourdeur à laquelle personne ne croirait? Tout laisse entendre que non. Il faut le voir en tant que créature vivante, avec son caractère, il suffit de l'apprivoiser, de lui parler pour qu'il daigne faute de vous écouter au moins tenir compte de votre avis et à sa manière de vous respecter, si je vous assure! Je considère que tout a une âme, au sens non humain du terme, ainsi une prise de contact avec quelque chose de nouveau se solde en une rencontre mystique.
J'ai appris à façonner mes failles leur accorder la place qu'elles méritent, alliées, elles me protègent plus qu'elle me freinent. Paradoxal? Je ne le répéterai jamais assez alors: question de point de vue. Le Bien, le Mal...En grandissant j'ai réalisé la relativité de pas mal de valeurs, dites vous que le sens de la folie s'explique en général par un code différent, il va autant pour la perversité, la déviance...Après, l'universalité de certains concepts finit par leur donner du poid, leur reconnaître une légitimité autre que le pur conformisme.
La liberté de chacun s'arrête où commence celle d'autrui sage était l'auteur de cette phrase, il avait absolument tout compris, il tenait entre ses mains éphémères une clef indestructible...La chaleur, la lumière, n'existent que grâce à la merveille naturelle injustement calomniée...Que peut un scientifique mort si son idée apporte le malheur et la souffrance au monde, seul un extralucide parviendrait à ce tour de force...La notion de responsabilité demanderait d'être sérieusement revue. Le soleil, notre principale source de vie appartient pourtant à la même famille, après il faut choisir: la douceur réconfortante d'Hestia ou la haine de Eris...Et cela ne lui appartient pas. Toi tu te tais, tu réchauffes ou tu brûles.
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Jupiter
INSCRIPTION : 16/07/2012
MESSAGES : 85
Ven 13 Sep - 4:11
Un Disciple de Vulcain / Héphaïstos alors. Mon intuition a vu juste. Oh, moi fascinant? Avec un compliment aussi fort, je me retrouve dans la même position qu'un patron d'une grande entreprise flatté de toutes parts...Ne pas y voir une forme de mépris, non rien de tel, de pareilles éloges me prennent au dépourvu juste. Voilà le rouge empourprant mes joues écoutant ce que ce garçon au regard couleur Eden débite avec la rapidité que confère une joie subite. Pourquoi la Dame Rouge en ces lieux pastoraux? Jeune inconnu de ma courbe générationnelle, tu as pratiquement trouvé, il te manque un ou deux éléments mais tu as déterré l'essentiel, quel esprit acéré! Je me permets une photographie mentale de ton enveloppe charnelle car dans un avenir prochain nous aurions très certainement des choses à nous dire. D'un geste je caresse presque la Dévoreuse de chair sans la toucher, juste un contact aérien. Ne disposant d'aucune forme solide mes mains se refermeraient sur du vide si je cherchais à me saisir d'elle. La bataille de Don Quichote en paraîtrait logique à coté, voire sensée et raisonnable! Pourtant un combat contre des moulins à vent...Hm!
- Admirateur, oui je n'ai pas à rougir de l'estime que je porte à la Princesse ainsi qu' à sa famille entière. Des offrandes, je peux bien lui en offrir et lui accorder un peu de mon temps ou sinon je serais d'une incorrection et d'une ingratitude innommable.... Vous devez toujours des égards à ce qui vous ai aidé voire sauvé il fut un temps, ne crois tu pas?
Je souris, oui vos oreilles ne se moquent pas de vous, je dois une par de ma survie au Feu. L'histoire complète? Oh, entendu, elle risque de vous décevoir par sa banalité, enfin: soit. Quand celle que j’exècre tant que les mots peinent à le retranscrire, ce en plusieurs langues s'adonnaient à la torture morale sur l'enfant que j'étais encore, une étincelle d'instinct enfouie m'a soufflé une idée de parade contre ma tortionnaire. Craquer une allumette dans la cuisine provoquant sa fuite, geste à l'origine d'une grande partie de notre survie sur cette planète en des âges obscurs: le feu dans les grottes de nos lointains aïeux insufflant une curieuse docilité aux créatures sauvages peuplant nos contrées. Voilà, en des termes moins complexes, j'ai écarté Norma de moi quand elle se donnait pour mission de me faire repousser les limites de la douleur, ce grâce à une petite flamme. Depuis ce jour, je conserve un amour de Jouvencelle Secourue par son Preux Chevalier envers le feu. Attention, je ne voue pas une haine inextinguible à l'eau, je n'ai ni développé d'hydrophobie, uniquement une méfiance prononcée comparable à celle d'un enfant face aux chiens quand il a été mordu une fois sans gravité par l'un d'entre eux. Je ne boude pas ses vertus, je les vois tout deux davantage comme des parents complémentaires que des ennemis ancestraux, ce qui vous en convenez n'engage que moi.
Je me lève, tournant autour du brasier à distance respectable, la brûlure au troisième degrés ne me tente pas, ni au premier...Le plastique ressemble à une sorte d'Idole primitive lors de sa combustion, je ne peux m'empêcher de rire, me moquant sadiquement de son sort, pauvre chose réduite à néant...Je me délecte de ta souffrance sans remords et sans honte. Une expression malsaine irradie mon regard, je la vois l'espace d'un instant, elle... Sorcière contemporaine se tortillant de douleur sur son Bucher...Un sourire abjecte enlaidit mon visage, je le sens à la manière dont mes joues tirent...Je devrais arrêter pourtant cette vision me procure trop de plaisir...Une satisfaction désaxée et jouissive...!Je me saisis d'un nouvel emballage non recyclable pour qu'il alimente l'objet de ma Vengeance Fictive...Je n'oserais sûrement jamais passer à l'acte, alors je fantasme sur la peine que je lui inflige à travers mes constructions mentales. Voilà le sac disgracieux se déformant, il paraît crier grâce dans une plainte silencieuse...Sans m'en rendre compte je commence à fredonner. Des paroles macabres, glauques voire gores, des comptines revisitées...Dès que j'ai réalisé ma situation j'ai pris pour habitude de réécrire les Symboles d'Innocence à l'Encre Mortelle.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Ames sensibles s'abstenir...
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Clergé de Saint Bertrand de Comminges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Archives RP-