AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Mauvais endroit, mauvais moment, mauvaise personne ! [PV Kiyosawa Shinaha]

Invité
Sam 26 Oct - 8:50
Imaginez une journée de repos bien mérité. Celles qui sont tant attendues, des vacances, un congé, ou tout simplement un prof absent qui assure la quasi-totalité des cours d'une de ces fameuses journées. Aoki se retrouvait dans ce cas précis, à errer sans but en ville. Le pensionnat avait été éliminé d'office de sa liste de promenade. Il n'y avait aucune raison pour elle de rester dans un environnement aussi médiocre.

Bien qu'il fasse assez froid, le temps restait ensoleillé offrant au brouillard, une occasion de se montrer, créant ainsi des tableaux uniques et éphémères. Amatrice des belles choses, la jeune femme décida de profiter au maximum du spectacle en se dirigeant vers le parc municipal. L'air humide se fixait à sa peau de porcelaine, perlant, la rendant rose par endroits voire à peine rouge. Bien qu'elle soit emmitouflée dans ses bottes fourrées grises, ses orteils commençaient à s'engourdir. Son col-écharpe en fausse fourrure couleur carotte, son gilet long en laine beige et son jean froissé ne suffisaient pas à la maintenir suffisamment au chaud. Inconsciemment, sa tête s'enfouit un peu plus dans ses épaules, un peu plus couverte, ne laissant voir que ses deux grands yeux bleu turquoise, soulignés par un duvet orange, et ses mains fines trouvèrent les poches chaudes de son pardessus. Seule sa tignasse rosée voletait au gré du vent, sans s'en sentir perturbée par le climat particulier.

Au détour d'un sentier, après avoir dépassé un chêne imposant, Heather remarqua qu'elle n'était pas seule ici. Deux silhouettes se découpaient légèrement sur la ouate aqueuse, mais avec le reflet du soleil, il lui était difficile d'en savoir plus. Elles semblaient discuter. Ses pas lui firent passer son chemin, s'éloignant du couple.

Après une petite vingtaine de minute, l'Amazone revint sur ses pas, voulant terminer d'explorer le parc par ce temps singulier. Seulement un détail l'interrompit. Des éclats de voix parvinrent à ses oreilles. Une dispute, assez poussée d'ailleurs, vu l’intonation utilisée. D'habitude, ce genre de scène n'attire même pas son ouïe, mais dans ce cas précis, un mot était parvenu à filtrer au travers de la brume épaisse: Sei.

Sa curiosité la rapprocha furtivement des deux protagonistes se balançant des fleurs, non des roses, avec de grosses épines acérées... Mieux que ça des bouquet de chardons, genêts et quelques tiges d'orties. Miam ! C'était croustillant à entendre, jusqu'au moment où la température eut le dessus sur l'humidité et dissipa rapidement le brouillard. La poisse ! Une planque, vite ! Le seul endroit potable fut un tronc d'arbre, le fameux chêne de tout à l'heure. L'arbre était suffisamment large pour la cacher, en s'adossant à lui. Evidemment, c'était aussi sans compter sur le vent qui se levait... dans le mauvais sens. Pourquoi ? Parce qu'en ayant les cheveux très longs, détachés, ils volent très bien, surtout dans le sens du zef. Le sens qu'Heather ne voulait surtout pas, dévoilant sa présence aux inconnus. Réflexe, elle tenta alors de maintenir sa masse capillaire par un chignon improvisé... Bizarrement, sa journée qui avait bien commencée allait étonnamment mal tourner.
Invité
Dim 27 Oct - 21:17


Baston. Voilà un mot qui était entré dans le vocabulaire du heckler depuis qu'il avait tabassé la petite Ran dans le parc. Il ne comprenait pas pourquoi cette peste s'en prenait à lui. D'ailleurs, cela faisait plusieurs semaines, voir plusieurs mois qu'elle n'arrêtait pas de le suivre. Elle avait eu de la chance de ne pas être tombé sous ses poings plus tôt. Depuis qu'il était arrivé à Sei, il avait commis des erreurs, mais aucune qui justifiait qu'on le fasse chier au point qu'elle l'emmerdait chaque jour. Heureusement pour lui, vu qu'il préférait les points que les mots pour mettre les choses aux clairs, il avait réglé le problème «Ran» plus rapidement que prévu: la carrure du garçon contre la sienne prit le dessus en quelques secondes. Il s'était même un peu défoulé sur elle, juste par rage et non par fun, par amusement. Après tout, cette demoiselle n'était qu'une mermaid: elle n'avait aucune chance face à Kiyo quand il était énervé. Il utilisait toute sa force physique dans ses poings et il se demandait même si une amazone aurait une chance contre lui. Ce mec devenait un animal dans ces moments-là. C'était dans ces moments-là qu'on comprenait la dangerosité d'un panda: sous ses airs de peluche, il pouvait être violent en cas de danger ou quand on l'emmerdait de trop. C'était la même chose que Kiyo. Bref, suite à la baston, il partit. Il laissa la demoiselle en plan. Il la laissa pour morte. Il n'en avait rien à faire d'elle. Elle avait commencé, elle l'avait cherché; elle venait de le trouver pour son plus grand malheurs. Sur le chemin du retour, il se rendit compte qu'une autre demoiselle était dans les parages. Elle ne semblait pas méchante, mais après avoir vu ou entendu les hurlements de l'autre conne, il devait se méfier. Il ne la connaissait pas et il s'était une amie à elle, il allait devoir lui rendre des comptes à elle aussi. Franchement, ce n'était pas vraiment sa journée. Il marcha en grognant. À cause de la demoiselle, peu fort discrète, sur son arbre, il ne pouvait pas se défouler jusqu'à la fin. À cause d'elle, il n'allait pas pouvoir lui faire regretter à mort son attitude envers lui. Ce mec était un malade aussi. Même à moitié morte, il voulait encore frapper sa victime. Un vrai sauvage ce type! Quand il leva la tête, la demoiselle était toujours derrière son arbre, avec ses cheveux dans la figure. Même si elle semblait plus stupide que méchante, il devait vraiment se méfier d'elle. Après tout, elle venait d'entendre son altercation avec la mermaid.

Kiyo ▬ Qu'est-ce que tu as à rester ici toi? Tu veux ma photo?, dit-il en l'agressant à moitié. Le petit panda n'était pas vraiment de bonne humeur, mais vraiment pas de bonne humeur. Il n'avait pas envie qu'on l'emmerde et malheureusement pour l'inconnue, le fait de le regarder, même cacher derrière un tronc d'arbre et en faisait style qu'elle ne l'avait pas vu, énervait le taiwanais. Quand il était de mauvaise humeur, il était très grognon. Qu'est-ce que tu fous ici?, demanda-t-il sèchement. Normalement, les gens ne squattent pas le parc à cette heure-ci..., finit-il. Puis, comme s'il venait d'avoir une illumination, il se demanda si la demoiselle ne faisait pas comme les deux autres mermaids: elle le stalkais? Rien qu'à cette pensée, il commença à s'énerver encore plus et tout seul cette fois-ci.

Avant de continuer à dire quoi que ce soit, Kiyo posa son dos contre le mur et descendit celui-ci lentement. Comme si les écorces de l'arbre allaient pouvoir le flageller indirectement pour ce qu'il avait fait à la demoiselle. Non, il ne regrettait pas son geste, loin de là. A ses yeux, elle l'avait bien mérité. Il venait seulement de se rendre compte qu'il n'était plus le petit garçon que sa chère mère adorait autrefois. À l'époque, il ne supportait même pas l'idée qu'on puisse tabasser une fille. Il détestait l'injustice entre les sexes. Mais depuis qu'il était entré à Sei, son comportement envers les femmes avait complètement changer. Autant il respectait les amazones pour leur force de caractère, autant il ne pouvait pas voir en peinture les mermaids. Ces femmes qui n'avaient que leur corps à offrir aux hommes pour se défendre. Pathétique. Alors qu'il repensait à ça, il cogna un bon coup dans l'arbre après s'être retourné. Cette garce ne lui avait toujours pas répondu. ALORS !? Qu'est-ce que tu fous ici? dit-il en haussant fortement la voix. Si elle ne répondait à sa question avec la méthode douce, il allait devoir utiliser la méthode forte. Celle qu'il n'aimait pas spécialement utiliser.



Piou Piou   J'espère que mon post va t'aller *///*
Invité
Dim 27 Oct - 22:29
Deux minutes plus tard, dans le parc, ce fut le silence radio. Plus de cris, de gémissements. Le soleil brillait doucement, réchauffant peu à peu l'atmosphère pesante. Pourquoi autant de calme d'un coup ? Les questions fusèrent massivement dans la petite tête d'Heather. S'était-ils réconciliés ? L'un d'entre eux avait perdu la voix ? S'était blessé ? Un vent de panique souffla graduellement dans son coeur, et risqua un bref coup d'oeil circulaire de la scène. Il y en manquait un ! L'autre était étalé au sol, dans l'herbe. Oh mon Dieu ! Que lui avait-il fait ? Ce qui se passait à Sei restait à Sei, mais en dehors du bahut, les règles changeaient. Pourvu que cette personne soit juste évanouie. De loin, Aoki ne pouvait pas l'identifier clairement. Apparemment, il s'agissait d'une fille. Si elle était de Sei, qu'avait-elle pu faire pour finir comme ça ? Inconsciemment, la jeune femme ressentit une sueur froide glisser le long de sa colonne vertébrale. Si c'était une Amazone, il ne l'emporterait pas au paradis celui-là ! Mais si c'était quelqu'un d'autre, Heather ne bougerait pas le petit doigt pour la défendre. A la rigueur appeler les secours... et encore !

Brusquement le vent se remit à souffler, ébouriffant un peu plus sa masse capillaire à demi attachée. Foutus tifs ! C'est alors que le second protagoniste entra dans son champ de vision. Réflexe stupide, la jeune femme pivota  de manière à ce que l'arbre la cache de nouveau. Mais peine perdue, elle avait été repérée bien avant ça.

"Qu'est-ce que tu as à rester ici toi? Tu veux ma photo?"

Oula ! L'amabilité l'étouffait pas celui-là. En même temps, vu ce qui venait de se passer, il devait sous l'effet de l'adrénaline et de sa colère, voire de sa satisfaction à avoir tabasser une pauvre fille. Esprit faible va ! Heather fit un pas, histoire de dévoiler sa présence de son plein gré. Elle le gratifia d'un regard glacial, aussi peu aimable que possible. C'était d'autant peu agréable à voir, puisque la seule partie visible de son visage était ses yeux. Le reste était camouflé dans son col-écharpe. Néanmoins, aucun son ne sortit de sa bouche. Cette brute ne méritait même pas la moindre réponse.

"Qu'est-ce que tu fous ici ? Normalement, les gens ne squattent pas le parc à cette heure-ci..."

Mais je t'en pose des questions, du genou ? Je fais ce que je veux ! C'était ce que son regard lui répondit aussi peu aimablement. Non, mais je vous jure ! Il se prenait pour qui ? Il avait peur qu'elle cafte ou quoi ? Comme si elle n'avait que ça à faire de sa pauvre vie. Ce qu'elle voulait à la base, c'était se promener tranquillement. Ce n'était quand même pas de sa faute si elle était tombée au mauvais moment ! A cette heure-ci, se promener dans le parc était idéal, parce que THÉORIQUEMENT, il n'y avait aucun péquenaud dans son genre qui s'y baladait. Un soupir désespéré s'échappa de ses lèvres. Quelle perte de temps, mais jamais elle ne lâcherait prise. Ce n'était pas à elle de plier.

Comme pour se donner de la contenance, l'abruti s'adossa contre le tronc rugueux de l'arbre et s'y laissa glisser jusqu'au sol humide. Quant à Aoki, elle ne broncha pas, les pieds bien ancrés au sol, sans quitter des yeux, l'impatient. Il devait faire une bonne tête de plus qu'elle, mais pas de quoi l'effrayer. Elle avait connu plus impressionnant, comme Nakaaki par exemple, un géant tout en muscles. Alors ce n'était pas ce gringalet qui lui ferait prendre la fuite. D'ailleurs cette idée lui arracha un sourire mesquin. Dommage qu'il ne puisse le voir, ça l'aurait surement foutu en boule de voir qu'elle se foutait de sa tronche mentalement. Surtout qu'un type habillé en majorité de noir et de blanc, avec un bonnet bizarre, ça manquait de crédibilité. A mi-chemin entre une vache et un panda, le gabarit en moins.

"ALORS !? Qu'est-ce que tu fous ici?"

Attention ! Ce serait qu'il s'énerve et qu'il perde patience ? Quel petit joueur celui-là ! Un rire silencieux l'anima à peine : Heather commençait juste à s'amuser. Elle leva les yeux en secouant la tête d'un air faussement désespéré, puis pencha légèrement la tête pour l'observer, moqueuse. Son sourcil droit s'éleva légèrement. En quoi ça le regardait ce qu'elle pouvait bien foutre ici ? Une envie la démangeait furieusement, mais prenait sur elle pour ne pas le gratifier d'un doigt d'honneur absolument provocateur. Moins, elle parlerait, plus ça l'agacerait. Son petit jeu lui plaisait. Toutefois, la jeune femme restait sur ses gardes, prête à parer le moindre coup. C'était quand même le genre de mec à péter un plomb sans prévenir. Il avait quand même explosé une fille y a quelques minutes. Sauf qu'apparemment, elle se s'était pas beaucoup défendue. L'agresseur semblait intact. Mais s'il s'attaquait à elle, ça ne serait pas aussi simple. Elle savait se battre, ce n'était pas une Amazone pour rien, bien que son physique soit trompeur...

HRP : Tadam ! Tu m'diras si ya des sushis !
Invité
Mer 30 Oct - 2:08


Sans le vouloir, il venait de se mettre lui-même dans une merde pas possible. La rencontre avec la demoiselle aurait pu se passer à merveille si le taiwanais n'avait pas l'esprit et le sang aussi chaud. Comment allait-il rattraper sa connerie? Sa mère lui avait toujours dit de ne jamais s'énerver, ni même frapper une femme et dans la même journée, voir dans la même après-midi, il venait de faire ces deux choses là. Honte à lui. Honte à l'enfant qui n'écoutait pas sa mère. Ce fut cette pensée qui lui calmer ses nerfs en quelques minutes, même s'il avait envie d'exploser de l'intérieur. Il détestait qu'on le stalke. Il ne supportait pas ça. Lui qui rêvait de liberté, de paix, il allait se faire emmerder par des gens juste pour leur simple plaisir? Kiyo était con et soumis, mais pas à ce point. Le taiwanais avait des convictions, mais si elle empiétait sur sa tranquillité personnel, il pouvait facilement les contourner, même si un sentiment de honte s'installait après. Alors qu'il rentrait tranquillement de sa conversation avec la petite demoiselle, il aperçut la demoiselle aux cheveux roses qui ne semblait demander rien à personne. Malheureusement pour elle, elle allait rencontrer la mauvaise facette de Kiyo avant de connaître la bonne et surtout, celle qu'il avait habituellement. Près de l'arbre, il commença à l'agresser verbalement en lui demandant qui elle était et surtout, qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ici. Il était vraiment rare de voir des êtres humains dans le parc, par ce temps et à cette heure-ci. Ce fut donc logique que le heckler se posa une question qui allait l'énerver encore plus: était-elle ici pour le stalker, elle aussi? Franchement, si c'était le cas, il se maudissait lui-même. Pourquoi on voulait l'emmerder à ce point? Qu'avait-il fait pour mériter ça? Bref, il s'énerva encore plus. Cette fois-ci, alors qu'il s'était posé, assis par terre et près de l'arbre qui séparait les deux personnages, il cogna l'arbre en l'agressant encore plus. La pauvre demoiselle... elle qui n'avait rien fait pour le moment, elle venait de se faire agresser verbalement. Mais d'après ce qu'il pouvait entendre, elle avait rien à foutre puisqu'elle ne disait rien. Elle laissait le garçon s’exciter tout seul. Elle venait de faire preuve d'intelligence.

La pensée ainsi que le comportement de la demoiselle firent que le garçon se calma pour se réinstaller dos à l'arbre. Il ne savait à quoi ressemblait la demoiselle qui était derrière l'arbre. Après tout, il n'avait vu que ses cheveux. Il essaya de se détendre en pianotant sur l'herbe avec sa main droite. Même s'il n'était pas pianiste, ou même musicien de manière général, ce tic le calmait quand il prenait le temps de le faire avant de gueuler ou de donner un bon coup de poing. Depuis tout petit, Kiyo n'avait jamais été un garçon qui cachait ses sentiments. Il gueulait et frappait quand il était en colère, il pleurait quand il était triste. Il hurlait quand il avait peur ou quand il était heureux et surtout, il était très câlin quand il aimait ou appréciait une personne, que ce soit une fille ou un garçon. Kiyo exprimait ses sentiments avec beaucoup de simplicités. C'était pour cette raison qu'il ne cachait pas le fait d'aimer sa mère, même si pour certaines personnes, cette amour pouvait être synonyme du syndrome d’œdipe. Une comparaison qui faisait rire le garçon. Pourquoi devait-on avoir un problème dans sa tête pour adorer sa mère? La femme qui l'avait mis au monde et qui l'avait aimé élevé. Grâce à elle, il était devenu un homme bien, un homme sur qui on pouvait compter, seulement quand on l'emmerdait pas. Vu qu'elle ne voulait pas parler, il reprit les devant. Il ne savait pas comment s'excuser, mais il devait le faire. Avait-elle eu peur de lui? était-ce pour cette raison qu'elle ne parlait pas? Où voulait-elle jouer les muettes pour énerver encore plus le garçon? Dans tous les cas, il arrêterait de grogner pour un oui ou pour un non pour le moment. Il ne la connaissait même pas, si ça se trouvait, elle était amie avec une personne proche de lui. Une connaissance qui était là pour lui parler.

Kiyo ▬ Dé... désolé de t'avoir crié dessus il y a quelques secondes., dit-il en contrôlant sa voix. Même s'il voulait cogner de nouveau sur l'arbre, il devait rester calme. J'ai eu une sale journée et je me suis emporté. finit-il. Il n'allait quand même pas lui raconter sa journée. Il ne la connaissait pas et en plus, il ne savait même pas si c'était une «alliée» ou une «ennemie», même si ces dernières étaient rares vu qu'il s'entendait bien avec les filles et plus particulièrement avec les amazones.

Il était toujours adossé contre l'arbre quand il lui présenta ses excuses. Il ne voulait pas voir qui était derrière ce géant de la nature. Si elle ne voulait pas se présenter à lui, il n'allait pas la forcer. Il ne voulait pas avoir une réputation de violeur, alors qu'en temps normal, c'était plutôt lui le violé. Une anecdote qu'il n'allait pas revivre dans ses pensées. Ne pensant plus à ça, il observa le ciel. Pour un après-midi d'automne, celui-ci était magnifique. Il brillait en communion avec le soleil. Le ciel est magnifique aujourd'hui, tu ne trouves pas?, demanda-t-il pour alimenter la conversation et surtout, pour essayer de faire parler la personne qui était derrière lui. Même s'il ne voulait pas spécialement la voir, il voulait au moins l'entendre dire quelques mots. Elle ne devait pas être timide au point de ne pas pouvoir aligner deux mots pour lui répondre.



Piou Piou   J'espère que mon post va t'aller *///*
Invité
Sam 21 Déc - 7:59
L'observation continuait, la boule de nerfs semblait se calmer progressivement, pianotant l'herbe humide. Il semblait clairement ne pas avoir toute sa tête pour réagir ainsi. Inconsciemment, ce garçon lui rappelait son propre frère, teigneux, violent, lunatique et très soupe au lait. Voyons voir à quel point il pouvait lui être ressemblant... Heather s'avança d'un pas tranquille pour s'arrêter proche de son cobaye, mais suffisamment loin de la portée de son bras. Curieuse, mais prudente. Tout à coup contre toute attente, celui-ci s'excusa. Comme ça, tout simplement. Il poursuivit après une petite pause, décidé à lui parler du beau temps.

Honnêtement, la jeune femme ne s'attendait pas à ce revirement de situation. A quoi jouait-il ? Tentait-il sournoisement de l'amadouer ? Ok, s'il voulait jouer, elle allait jouer aussi. Elle se déplaça pour lui faire face, et se pencha sur le côté, laissant à demi pendouiller dans le vide son chignon express.

Ce n'est pas une raison pour agresser les gens, physiquement ou verbalement.

Ce fut la seule phrase que la jeune fille prononça. Le ton employé était neutre, et calme. Pas de quoi rallumer la colère de l'individu. Son corps revint en position initiale, ses bras vinrent se croiser sur son buste. Namého et pis quoi, encore ? Asticotter l'aie de rien, oui. Finir en crêpe le visage contre le sol, moyen... Ses deux perles bleues fixaient l'étrange jeune homme, le reste du visage toujours emmitouflé dans sa douce écharpe. Un haussement d'épaules vint accompagner la suite :

Le ciel est toujours magnifique, de jour comme de nuit. Il suffit juste de savoir le regarder. De dessous ton bonnet chuis pas très sûre que que tu le voies vraiment...


Sa réponse était sincère, et juste selon son point de vue. Quand au bonnet, ce n'était qu'une observation. Cependant, la jeune femme restait sur ses garde face à une éventuelle réaction excessive. Ce mec était vraiment glauque.


[HRP : Désolée du temps, j'ai répondu au mieux, sur le moment. Désolée aussi de la piètre longueur du post]
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mauvaise personne ! [ pv ]
» Mauvais endroit, mauvais moment... [Feat Shimizu Kaede]
» Une envie pressante... Dans les mauvais Toilettes!
» Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
» Un mauvais rêve avec la mauvaise personne [Louis d'Ax]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Archives RP-