AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Hors de mon chemin (PV Saiki)

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Sun
INSCRIPTION : 18/02/2017
MESSAGES : 22
HUMEUR : Massacrante
CHAMBRE : Chambre 0 - Dortoir X
Ven 24 Fév - 20:44
Anko marchait dans les couloirs de Sei, la tête haute en jetant des regards dédaigneux et hautain à toute personne qui osait croiser son regard. il se servait d'une canne au pommeau doré pour marcher non qu'il en ait vraiment besoin mais selon lui ça lui donnait un style qu'il affectionnait tout particulièrement. Arrivant à son lieu de destination, à savoir la bibliothèque, il se mit à bousculer volontairement les autres élèves et s'enfonça dans les rayons pour prendre le livre qu'il désirait. Puis il vint vers le bibliothécaire et emprunta le fameux livre avant de repartir comme il était venu en lançant des regards noirs aux personnes qui l'approchaient de trop près.

Il commença alors directement à lire son livre, trop impatient pour attendre d'être de retour à son dortoir. Il fut alors tellement concentré à lire que tout ce qui était autour de lui n'existait simplement plus, remettant ses fidèles lunettes sur son nez et dégageant une mèche de cheveux qui obstruait sa vue, il continua de marcher pendant plusieurs minutes totalement absorbées par l'intrigue de son livre . Puis vint l'inévitable, il percuta quelqu'un de plein fouet et chuta, ses lunettes volèrent au loin avec son livre, il se redressa et se massa la tête en cherchant du regard ses lunettes et son livre, il les trouva vite et remit ses lunettes et se mit à tenir fermement son livre. Il soupira en se rendant compte de la personne qui l'avait bousculé, Saiki Nagare... Un crétin fini qu'Anko ne pouvait supporter, il se releva et épousseta son costume en regardant Saiki droit dans les yeux:

-Hors de mon chemin Saiki...

Il prononça ce nom avec tant de haine et d'animosité ce qui le rendit plutôt fier, il tapa du pied, les bras croisés en attendant que l'autre idiot veuille bien se bouger et se mettre à distance respectable de lui:

-Allo ? Nan mais t'est sourd ou quoi ! Je t'ai dit de dégager de ma vue espèce d'idiot !

Bon ne pas s'énerver, rester calme... Anko se répéta ses mots dans sa tête en essayant de calmer la colère qui montait en lui...
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 22/02/2017
MESSAGES : 15
LOCALISATION : Pas là o/
EMPLOI / LOISIR : La flemme o/
HUMEUR : eeeehhhhhhh
CHAMBRE : CHAMBRE 2, DORTOIR A
Sam 25 Fév - 5:07

« Kuso megane »
La prochaine fois regarde où tu mets les pieds



Saiki et les couloirs, c'est un peu comme une grande histoire d'amour. Errer sans but, l'esprit vide, d'un point A à un point B, est en ce moment même l'unique chose qui semble rythmer son quotidien. Bon nombre de personnes ont pu le croiser ça et là, sans jamais le voir parvenir à destination. "Saiki, pourtant je l'ai croisé dans le couloir y'a deux minutes, il est pas là ?" Manifestement non et je te souhaite bien du courage si tu espères le voir arriver un jour ! Ouais, Saiki c'est un peu le petit blédard du coin, que l'on croise absolument partout, sauf là où il devrait être.

Faut dire qu'il peut s'en passer des choses dans ces charmants petits couloirs, surtout avec tous ces petits énergumènes qui batifolent joyeusement à Sei. Une altercation est si vite arrivée ! De quoi se mettre quelque chose sous la dent ~. M'enfin, je parle pour moi, avec Saiki, Dieu sait que j'ai le temps de me faire chier.

Quoiqu'aujourd'hui, mes prières semblent avoir été entendues ! C'pas trop tôt... Depuis son arrivée, Saiki avait déjà eu le don de s'attirer quelques foudres, notamment avec ce très cher jeune homme qui se dirige droit devant lui, un bouquin à la main ; si absorbé par sa lecture qu'il ne vit pas qu'il s'apprêtait à percuter notre adorable clampin. Quant au ledit clampin, "l'esprit vide", souvenez-vous, il n'a rien vu venir ce con.

Eeeeeet BADABOUM !

« Gnh ? »

J'admire ton éloquence Saiki-kun.

Le nippon reprit petit à petit conscience de la réalité. Qu'est-ce que ce blond fiche par terre ? On s'le demande. Après tout, nous étions seulement en train de nous balader paisiblement dans les couloirs, le choc n'a pas pu être si violent. On sait que tu ne maîtrises pas ta force Saiki-kun, mais tout de même, y'a des limites. Tu aurais pu l'aider à se relever, ne penses-tu pas ? Mais non, toi tu préfères hausser un sourcil et laisser retomber ta mâchoire en guise d'incompréhension. Y'a pas à dire, quand il s'agit de prendre l'expression d'un crétin ahuri, c'est toi le roi.

- Hors de mon chemin Saiki...

Oh. Tu écarquilles un peu les yeux.

Faut dire que le malheureux y a mis toute sa conviction, un peu comme s'il essayait de te jeter un sort à coup de haine et de mépris. "HORS DE MON CHEMIN, SACRIPANT !" kh kh kh ~ C'en est presque touchant.

« eehhhh... »

Apparemment, la haine et le mépris n'ont aucun effet sur toi, te voilà nullement impressionné. Puis, après tout, pourquoi ce serait à toi de bouger ? T'étais pas en train de marcher et de lire en même temps comme un imbécile.

- Allo ? Nan mais t'est sourd ou quoi ! Je t'ai dit de dégager de ma vue espèce d'idiot !

Mais c'est qu'il prend vite la mouche ce petit (en oubliant le fait qu'il est plus grand que toi, Saikin'). Notre clampin mit quelques secondes à réagir, jaugeant de haut en bas le petit énervé qui lui faisait face. Comment est-ce qu'il s'appelle déjà, ce déséquilibré ? Pour la peine, Saiki lui offrit une des plus belles grimaces dont il avait le secret.

« aaaah et pourquoi j'devrais dégager, t'avais qu'à regarder où tu mettais les pieds, kuso megane. » grommela t-il entre ses dents.

C'est si rare d'entendre le son de ta voix, mon petit Saiki ~
©TE

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Sun
INSCRIPTION : 18/02/2017
MESSAGES : 22
HUMEUR : Massacrante
CHAMBRE : Chambre 0 - Dortoir X
Sam 25 Fév - 7:41
« aaaah et pourquoi j'devrais dégager, t'avais qu'à regarder où tu mettais les pieds, kuso megane. »

Ne pas s'énerver, gardez son calme, ne pas en faire un scandale... Oh et pis au diable ! Anko devint rouge de colère, s'il était un sorcier, il lui aurait probablement jeté un avada kedavra en pleine face, histoire de le calmer. Comment osait-il lui répondre, l'insolent ! Il détestait quand on lui manquait de respect, de plus Saiki ne semblait pas se rappeler de son illustre personne, un petit rappel lui ferait du bien:

-Tu sais qui je suis au moins ? Je suis Anko Arihito ! Je suis l'héritier de la célèbre maison Arihito qui est tellement riche que moi contrairement à toi je ne finirais pas à la rue, j'aurais un emploi stable, j'aurais plusieurs villas à travers les pays du monde ! Alors que toi, misérable insecte, tu n'auras rien, tu seras chômeur, même pire SDF ! Tu traineras ta carcasse dans des endroits malfamés alors que moi je fréquenterais les grands de ce monde. Je serais aussi bientôt le roi de cet établissement et sous mon règne tu seras hum peut-être le bouffon . Ce rôle t’irait à merveille mon grand. Alors cesse de me parler comme si j'étais un être insignifiant ! Mieux vaut ne pas m'avoir parmi ses ennemies car je suis vicieux, je suis fourbe, je suis cruel, je suis Anko Arihito...

Plutôt fier de son discours, Anko par excès de confiance s'était rapproché de son adversaire et il n'était plus qu'à quelques centimètres du visage de Saiki, il devait l'admettre, il était plutôt séduisant, presque à croquer même, dommage qu'il soit un abruti fini. Il l'attrapa par le col de sa tenue et l'amena tout près de lui, il s'approcha de l'oreille de Saiki et lui susurra d'une voix douce ces mots:

-Donc je vais le répéter une dernière fois, laisse-moi passer ~
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 22/02/2017
MESSAGES : 15
LOCALISATION : Pas là o/
EMPLOI / LOISIR : La flemme o/
HUMEUR : eeeehhhhhhh
CHAMBRE : CHAMBRE 2, DORTOIR A
Sam 25 Fév - 8:59

« Kuso megane »
La prochaine fois regarde où tu mets les pieds



Blondie fulmine, dois-je en rire ou m'en accabler ?

C'est une embrouille à deux balles, je vous l'concède, mais avouez que la situation est plutôt amusante, pour ne pas dire ridicule. Voilà l'autre qui s'emporte pour un rien, à croire que quelqu'un vient de tuer son chat. Rattrapez-moi donc ce criminel ! Quant à Saiki, il n'a pas assez de deux neurones pour comprendre qu'il aurait mieux fait de tracer sa route. Cette simple bousculade est peu digne d'intérêt, m'enfin, allez donc lui expliquer cela. Notre protagoniste n'avait pas bougé d'un millimètre. Par bêtise dites-vous ? Mmh, il est vrai que Saisai n'est pas une lumière, mais j'aurais plutôt tendance à dire par esprit de contradiction. Voir même par fierté, car malgré les apparences, Sai est loin d'être un crétin fini. Disons simplement qu'il en adopte le comportement et qu'il est un peu long à la détente, au dam de plus d'un.


-Tu sais qui je suis au moins . Je suis Anko Arihito ! Je suis l'héritier.....

Petit poney... Petit poney... Tu es tout gris et tout petit, petit poney... Petit poney... Hum, oui Sai a déjà décroché. C'est un peu comme avec les enfants inattentifs, les longs discours moralisateurs ne servent absolument à rien. Pour faire passer un message à Sai, allez droit à l'essentiel, moins il y a de mots, mieux c'est. Voilà d'ailleurs notre petit nippon qui s'attarde sur ce qu'il se passe aux alentours... Eh bien eh bien... Son attention ne sera pas restée focalisée très longtemps... Faut dire que la blondasse commence à lui taper sur le système, à jacasser près de son oreille.

- .... ennemies car je suis vicieux, je suis fourbe, je suis cruel, je suis Anko Arihito...

... C'est quoi ça ? On dirait un vieux slogan publicitaire pour un produit à la con. Le mec y plaisante pas, y me vend du rêve là. Saisai reporta son regard sur lui, claquant sa langue contre son palais par agacement.

« J'm'en tamponne de ta gueule. » grogna t-il.

J'vous l'avais dit, ne perdez pas votre salive avec cet ignorant, lui ne se fait pas prier pour l'économiser. La blondasse s'était pas mal rapprochée, se croit-elle intimidante ? A méditer. Néanmoins, Saiki se serait bien passé de ce zoom forcé sur sa tronche. C'est bon, on a vu que t'étais là, allez oust, vermine ! Toujours à foutre son nez devant ceux des autres, non mais c'est quoi ça ?

- Donc je vais le répéter une dernière fois, laisse-moi passer ~

Apparemment la vermine n'a pas capté notre message, attrapant Sai par le col. Mon ami, cette idée était très mauvaise, sache-le. Un sourire provocateur prit doucement naissance sur les lèvres du nippon. Oh, non, il ne s'amuse pas pour un sous, par contre, il commence réellement à avoir les nerfs à vifs.

« Va t'faire voir la blondasse. »

Quelle classe Saikin' !

« Lâche-moi. »

Crois-moi, tu lui ferais bien trop plaisir à ne pas le lâcher. Sai est d'humeur plutôt "jovial" aujourd'hui.
©TE

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Sun
INSCRIPTION : 18/02/2017
MESSAGES : 22
HUMEUR : Massacrante
CHAMBRE : Chambre 0 - Dortoir X
Sam 25 Fév - 10:18
« Va t'faire voir la blondasse. »

Anko soupira, cet idiot n'avait donc pas écouté un traite mot de ce qu'il avait dit ? Où était-il trop stupide pour comprendre à qui il avait affaire, pourtant son magnifique discours porté avec tant de grâce et d'élégance par sa splendide voix en disait long sur lui. Il le regarda droit dans les yeux et décida pour le provoquer de ne pas le lâcher, tant de vulgarité dans la bouche d'un si joli garçon le désespérait, il entrait presque dans ses critères dommage qu'il soit aussi insolent.

« Lâche-moi. »

Un sourire vint orner ses lèvres, lui en ce moment se croyait tellement invisible, tellement fort qu'il resserra sa prise sur Saiki et lui posa son doigt sur la bouche en lui faisant un signe pour lui faire comprendre d'arrêter de parler:

-Je te lâcherai quand tu m'auras présenté tes excuses et pas avant mon mignon.

Il lui offrit un sourire hypocrite, bien sûr il s'attendait à une réponse négative de la part de ce grand débile mais cela était dans l'unique but de le provoquer, Anko était d'humeur à faire chier son monde et Dieu sait qu'il adorait ça. Il était même très doué dans ce domaine, il plongea son regard dans celui de Saiki:

-Et bien, j'attends une réponse !
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 22/02/2017
MESSAGES : 15
LOCALISATION : Pas là o/
EMPLOI / LOISIR : La flemme o/
HUMEUR : eeeehhhhhhh
CHAMBRE : CHAMBRE 2, DORTOIR A
Dim 26 Fév - 9:22

« Kuso megane »
La prochaine fois regarde où tu mets les pieds



Ce type commençait sérieusement à le fatiguer. C'était quoi son nom déjà ? Impossible pour Sai de l'imprimer, malgré tout ce beau discours dont il n'avait pas suivi une miette. Preuve irréfutable du moindre intérêt qu'il lui portait... Se taper sur la gueule avec un déséquilibré pareil l'ennuyait presque. Quelques regards interrogatifs scrutaient la scène. Cherchez pas, nous non plus on ne comprend pas. Sai souffla. Ce type, il l'avait déjà croisé à plusieurs reprises, si sa mémoire est bonne, mais décidément, sa tronche ne lui disait foutrement rien. Peut-être étaient-ils dans la même année ? Qu'importe en fait, cela n'avancera pas Sai de savoir d'où peut bien sortir cet excité du bocal.  

C'est avec une grande patience que notre nippon l'intima de le lâcher. Remettre les idées de cette blondasse en place était vraiment très tentant, pourtant Sai sembla soudainement se montrer lasse. Que peut-on y faire ? Même ses chaussettes étaient plus intéressantes que ce type. Le problème étant que... Mh, Anko c'est ça ? Était bien parti dans son délire. Au lieu de s'en remettre à son petit bonhomme de chemin, le voilà qui resserre sa prise sur Sai, l'invitant à ne plus parler en posant un doigt sur sa bouche. Oh, en voilà une autre de mauvaise idée, ce doigt ne va pas faire long feu.

Sai fronça les sourcils. Mon mignon ? Il a bien entendu ? Ha ouais, c'est qu'il s'y croit en plus. Si je puis me permettre, va falloir songer à redescendre de quelques étages, mon ami.

- Et bien, j'attends une réponse !

"Ta mère elle va te donner une réponse..." Oh non, ce n'est pas bien de dire ça ~. La mâchoire du garçon se crispa sous l'effet de l'exaspération. Une pensée lumineuse lui vint à l'esprit. Trop peu de temps s'était écoulé depuis son arrivée à Sei, foutre le bordel dès maintenant ne serait pas très intelligent... Bien que l'envie de lui en foutre une le démangeait...

Par contre ce doigt posé sur sa bouche, ça, c'est insupportable ! Sai ne put le supporter une seconde de plus et ne se fit pas prier pour le mordre. Aller hop ! Ça dégage. Excusez-le, la tentation était bien trop grande... Quant au poignet qui le maintenait fermement en place, Sai le saisit brutalement, le forçant à lâcher prise. La seconde d'après, blondasse fut agressivement repoussée contre le mur d'à côté. Ce type croyait vraiment pouvoir le retenir indéfiniment et de surcroit obtenir des excuses de sa part ?! Soyons clairs, si tu refuses de t'écraser, Sai t'écrasera au passage.

Profondément irrité, les mots sifflèrent d'entre ses dents :

« La voilà ta réponse, kuso megane ! »

Si le regard pouvait tuer, blondie ne serait certainement plus de ce monde depuis longtemps. Sai fit pression sur lui pour le clouer au mur pendant quelques instants, puis, par je ne sais quelle intervention divine, finit par le lâcher.  

« T'as vraiment un problème... » maugréa t-il en enfonçant ses mains dans ses poches. Pas question de traîner plus longtemps par ici.

Il tourna les talons et reprit son chemin en sifflant.

« Mattaku... »

Ce type est dérangé, vaut mieux se barrer.
©TE

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Sun
INSCRIPTION : 18/02/2017
MESSAGES : 22
HUMEUR : Massacrante
CHAMBRE : Chambre 0 - Dortoir X
Dim 26 Fév - 21:28
Hors de mon chemin (PV Saiki)
Anko remarqua enfin que plusieurs personnes s'étaient arrêtées pour observer leurs petites joutes verbales ce qui le rendit encore plus confiant et fier, il adorait être sous les projecteurs, en ce moment il se sentait pleinement vivant et surtout puissant. Mais cela ne dura guère, en effet Saiki mordit le doigt qu'il avait posé sur sa bouche plutôt ce qui fit qu'Anko poussa un cri très viril ce qui fit glousser quelques personnes aux alentours. Puis en une seconde il se retrouva contre le mur, le soufflé coupé. Paniqué, Anko le regarda avec des yeux de chien battu et essaya de s'arracher à son emprise en vain, il lâcha plusieurs "pitiés" pathétique et chercha de l'aide parmi les gens qui les regardaient mais personne ne semblait daigner l'aider. Il ferma les yeux et s'apprêta à recevoir la correction de sa vie mais il ne sentit rien au contraire, il ne sentit plus la force qui le retenait contre le mur, il ouvrit son œil gauche dans la crainte de voir Saiki le baffer mais il soupira de soulagement lorsqu'il vit que se psychopathe qui l'avait agressé commençait à partir. Il remit sa magnifique chevelure en place, ramassa son livre et scruta l'assemblée qui l'observait, il leur jeta un regard qui les aurait probablement tous tués s'il le pouvait et parla d'une voix forte:

-Quoi ? Vous n'avez rien d'autre a faire qu'admirer mon corps d'Apollon ? Bien que je vous comprenne parfaitement hum comment dire... DÉGAGEZ BANDE DE VERMINES !  

N'attendant pas leurs réponses bien qu'il était persuadé que son charisme indéniable les forcerait tous à partir, son ego profondément blessé par cette humiliation il décida de suivre Saiki, arrivé près de lui, il lui tapota l'épaule droite pour qu'il se retourne et il lui offrit son regard le plus haineux possible et imaginable, les bras croisés, ce mec savait pas à qui il avait à faire, il était Anko Arihito après tout ! Son honneur et celui de sa famille ne pouvait être souillé par un homme pareil ! Il raconterait tout à son père, comment Saiki l'avait volontairement poussé, comment il l'avait ensuite agressé sans aucune bonne raison dans l'unique but de l'humilier devant les autres élèves. Oui il dirait toute l'histoire à son père pour que le futur de Saiki soit un enfer, et peut-être qu'un jour il lui rendrait visite pour se moquer de lui, fier de son idée diabolique, Anko fut requinquer et désormais il n'avait plus peur du futur SDF car il savait qu'il gagnerait quand même la partie, après tout il était bien plus intelligent que ce crétin, et oui monsieur Saiki tu as beau te servir de tes muscles, Anko lui a son intelligence hors du commun ! Un vrai petit génie ! Enfin c'est ce qu'il aime croire, il se racla la gorge et se mit à parler d'une voix forte et assurée:

-Alors Saiki, on pensait pouvoir se débarrasser de moi aussi facilement ? Oh vas-y tabasse moi si tu en as envie, après tout ça a l'air de t'amuser mais n'oublie pas mon père et un homme puissant et il fera de ta vie un enfer si tu touches à une seule mèche de mes magnifiques cheveux !
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 22/02/2017
MESSAGES : 15
LOCALISATION : Pas là o/
EMPLOI / LOISIR : La flemme o/
HUMEUR : eeeehhhhhhh
CHAMBRE : CHAMBRE 2, DORTOIR A
Lun 27 Fév - 6:05

« Kuso megane »
La prochaine fois regarde où tu mets les pieds



Une fois plaquée contre le mur, le revirement d'attitude de la blondasse fut plus que fascinant. Lui, si confiant quelques secondes plus tôt, se trouvait à présent à implorer notre petit Saiki de ne pas lui foutre la baffe qu'il méritait tant. C'était à vomir. Bah alors chaton, elle est passée où ta confiance ? Mh ? Saiki le scruta avec un air de dégout. Son flaire lui avait dit juste, malgré toutes ses jérémiades incessantes sur sa fortune et sa puissance, ce type ne valait pas une roupie. Allez vient Saisai, on s'tire d'ici, y'a trop de petites bêtes curieuses qui s'attardent dans l'coin. En tournant les talons, le garçon leur lança d'ailleurs un regard mauvais, histoire de leur signifier qu'il n'y avait plus rien à voir par ici.

En vérité, Saiki ne pouvait pas blairer les types tels qu'Anko. Son crétin de beau père était du genre à bavasser lui aussi et le pire c'est qu'il parvenait à ses fins cet enfoiré. Rien que d'y repenser, ça le foutait en rogne. En proie à une colère sourde, Sai ne prêta pas attention à l'autre déséquilibré qui continuait de se donner en spectacle derrière lui. Il ne s'arrête donc jamais celui-là ? M'enfin, passons.

Les mains dans les poches, la tête légèrement rentrée dans les épaules, Sai fut tiré de ses réflexions par quelqu'un qui lui tapotait l'épaule. Il se retourna, non sans jurer. "On ne peut jamais être tranquille par ici, 'ttaku ?!" et devinez quoi ? La blondasse. Comme de la mauvaise herbe celle-là, impossible de s'en débarrasser.

« Bordel encore toi ?!... Qu'est-ce qui t'prend de me suivre comme ça ? J'tai tapé dans l’œil ou quoi ?! »

Saisai le jaugea d'un œil acerbe. Il le voyait encore en train de le supplier de ne pas abimer son beau visage quelques minutes plus tôt, mais apparemment cela ne lui avait pas suffi. Qu'est-ce qu'il foutait encore là ?! Besoin de regonfler son ego ? De reprendre confiance en lui ? De s'assurer de sa toute puissance ? Toutes ces choses ont de quoi mettre Sai de mauvais poil.

Une fois de plus, la blondasse entama son discours d'intimidation et de toute puissance. Son père, son père... C'bon on a compris. Une tension non négligeable gagna les muscles de Sai, ses poings commençaient sérieusement à le démanger. Un rire nerveux lui échappa. Devant lui se tenait un charmant petit fils à papa qui n'avait rien d'autre à faire que de vanter les mérites de son père.

« Ton père ton père... J'm'en bats les yeuks de ton père.  »

Cracha t-il, après s'être calmé.

« C'bon, lâche-moi les bask', j'ai même pas envie de te frapper tellement tu me files la gerbe. »

Toujours très distingué Saikin' ! A ces mots, il lui tourna le dos une fois de plus et reprit son chemin. Ce type n'avait quand même pas que ça à foutre de sa journée que d'le suivre ? Si ?

« Aho.. »
©TE

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Sun
INSCRIPTION : 18/02/2017
MESSAGES : 22
HUMEUR : Massacrante
CHAMBRE : Chambre 0 - Dortoir X
Lun 27 Fév - 7:26
Hors de mon chemin (PV Saiki)
Anko était satisfait de son petit plan diabolique, un coup de fil à son père et boom mon petit Saiki, ta vie deviendra un vrai cauchemar, il souriait de toutes ses dents parfaitement blanches. Il était tellement intelligent, tellement lui finalement, sa mère serait tellement fière de lui ! Ah sa mère, paix à son âme, elle lui manque tellement... À l'évocation de son nom, une lueur de tristesse brilla quelques instants dans les yeux de notre blondasse préféré... La vie le lui avait arraché trop tôt....:

« Bordel encore toi ?!... Qu'est-ce qui t'prend de me suivre comme ça ? J'tai tapé dans l’œil ou quoi ?! »

Il se mit à rougir à en devenir rouge comme une tomate, mais pour qui il se prenait ce blanc bec ? Certes il était très mignon mais quand même ! Cela mit en rogne Anko, il avait en face de lui le cas typique du mec jaloux de son charisme et de sa fortune qui ne trouvait rien de mieux à faire que de lui jeter des répliques acerbes et méchantes à la figure. Qu'a cela ne tienne ! Il voulait se la jouer comme ça et bien soit ! Il se jura de faire de sa vie, un enfer ! Il ne le lâchera plus d'une semelle, il trouverait tous les moyens possibles pour le rendre malheureux, il imaginait déjà la scène, lui triomphant un pied sur le dos de Saiki qui lui pleurerait comme un gros bébé, cette pensée lui rendit le sourire et il cessa de ressembler à une grosse tomate:

-N'inverse pas les rôles ! C'est toi qui m'as volontairement bousculé tout ça peut-être dans l'unique but d'attirer mon attention ? Mais tu sais Saiki chéri tu n'avais pas besoin de faire ça, je te l'aurais donné mon numéro de téléphone ~

De la provocation, tout ce qu'il aimait. Saiki ne devait pas être assez stupide pour l'attaquer devant tant de personnes... Du moins il l'espérait, oops il n'y avait pas pensé à ça... Pourtant, pour accompagner ses dires, Anko lui offrit un sourire entre la séduction et la provocation. Passant une main dans ses cheveux, il écarta une mèche de cheveux d'un geste sensuel en faisant un clin d’œil à l'autre idiot. Bon sang, que ça faisait du bien de se foutre de sa gueule ! Il avait regagné toute sa confiance et se sentait comme invulnérable, mais il perdit son sourire lorsque Saiki commença à partir une nouvelle fois, il commença à le suivre puis il s'arrêta:

-C'est ça vas-t'en ! Espèce de lâche ! Moi au moins j'ai ma dignité et mon honneur sauf !Après tout ce qu'on a vécu ensemble, on était les meilleurs amis du monde et tu oses mettre fin à notre amitié pour cette pétasse !  

Un nouveau groupe s'était formé autour d'eux en les observant intrigué par cet étrange spectacle, Anko, lui savourait ce moment mais il n'y laissait rien paraître au contraire, il regardait Saiki avec des yeux de chien battu et il tremblait comme une feuille, on aurait presque dit qu'il était sur le point de pleurer, il pouvait dire merci à ses talents d'acteur !  
avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 22/02/2017
MESSAGES : 15
LOCALISATION : Pas là o/
EMPLOI / LOISIR : La flemme o/
HUMEUR : eeeehhhhhhh
CHAMBRE : CHAMBRE 2, DORTOIR A
Mar 28 Fév - 22:08

« Kuso megane »
La prochaine fois regarde où tu mets les pieds



Dites-moi, c'est plutôt agité dans les couloirs aujourd'hui, non ? Quoique l'on puisse en dire, ces deux-là s'étaient au final bien trouvés. D'un certain point de vue, ils s'entendaient à merveille ! Au grand désespoir de Saisai qui ne rêvait que d'une chose : se débarrasser de sa nouvelle groupie. Allez la blondasse, t'es fan, avoue. Quant aux petites bêtes curieuses, celles-ci étaient partagées entre incompréhension et euphorie. Il n'était pas rare que des embrouilles éclatent aux quatre coins de l'établissement, plus personne ne s'en étonnait, mais celle qui se déroulait sous leurs yeux ébahis avait ce je n'sais de quoi de pitoyablement amusant. Des moqueries jasaient de part de d'autre de l'assemblée, de quoi titiller notre petit nippon, lui qui, contrairement à la blonde, détestait se retrouver sous les feux des projecteurs. Buller dans son coin, voilà la seule chose à laquelle il aspire.

Patience mon Saisai, un jour ta tranquillité reviendra.

En attendant, y'a ta blonde en manque d'affection et d'attention qui te réclame. Tu l'as vu rougir ? Oh, chaton, c'n'est pas bien de perturber les gens comme ça. Toi, t'as arqué un sourcil. Quoi encore ? T'y piges que dalle à son comportement. Il cherche à prouver quoi, d'ailleurs ? Peu importe, tu t'en tamponne le coquillard après tout. Mais le voilà qui semble soudainement reprendre confiance en lui. Attention, qu'est-ce qu'il va nous sortir comme connerie encore.. ?

- ... Mais tu sais Saiki chéri tu n'avais pas besoin de faire ça, je te l'aurais donné mon numéro de téléphone ~

Mazel tov !

« eeeeeehhhhh... »

Tu crois qu'il t'a pris au sérieux ? Ou alors il se fout juste de ta gueule ? On s'en carre, un sourire enjoué vint prendre place sur ton visage. Tu te fiches de sa comédie, mais une idée diabolique vient de te traverser l'esprit. Au vu de son attitude pour le moins méprisante, tu fus persuadé qu'une flopée de personnes doivent avoir une dent contre lui. T'es peut-être de la maturité d'un CE2, mais ce numéro de téléphone peut valoir de l'or.

« Alors vas-y, donne ! » s'exclama t-il en tendant la main.

A mon avis, il n'y a que peu de chance qu'il te le file. Juste par plaisir suprême de te rembarrer et de te mettre, je devine, "le vent de ta vie" devant témoins oculaires. J'le vois déjà se gonfler de fierté, ce binoclard. Mais admettons ne serait-ce qu'un instant qu'il te le donne, le vrai, tu te ferais un malin plaisir à le filer à qui veut. Ouais, c'est puéril. Mais on adore !

- C'est ça vas-t'en ! Espèce de lâche ! Moi au moins j'ai ma dignité et mon honneur sauf !Après tout ce qu'on a vécu ensemble, on était les meilleurs amis du monde et tu oses mettre fin à notre amitié pour cette pétasse !

...

« Eh ? »

Sai a bugué. Error 404, brain not found not found ! C'est à... MOURIR DE RIRE ! OH MON DIEU NON ! Saiki ne put se contenir, il éclata d'un rire bruyant... Et débile.

« C'EST QUOI CETTE TRONCHE ! On dirait que tu vas chialer !! Haha, oh putain non !! » réussit-il à souffler entre deux gloussements.

Son fou rire était incontrôlable. Il s'appuya contre le mur et se tint le ventre pour tenter de se calmer. Rien à faire, c'était tordant. Un peu plus et voilà qu'il nous versait une petite larme. Il riait à s'en donner mal au ventre, de même que certaines bêtes curieuses qui pouffaient dans leur coin.

« HAHA, oh merde, t'es excellent ! » gloussa t-il encore une fois.

Bon Saisai, il est temps de rependre ta respiration. Allez, calme-toi, c'est ça, respire et essuie moi cette petite larme à l’œil. Désolé blondie, ce genre d'entourloupe ne fonctionne pas avec notre petit Saiki. D'ailleurs, à ne pas t'avoir pris au sérieux, beaucoup avait fait de même ! Remballe ton bouquet final, la Diva. Le garçon prit une dernière grande inspiration, puis s'adressa à Magouilles&Compagnie :

« Mais c'est ça, t'as tout compris ! Toutes les bonnes choses ont une fin, sayonara ! »
©TE

Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora
» Les Hors série
» Pêcheurs hors la loi
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Sei Gakuen :: Couloirs-