AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Until it breaks [PV Addi']

Invité
Ven 28 Déc - 4:27
Maru laissa retomber sa tête en arrière avec lassitude. Celle-ci cogna doucement contre la vitre de la salle de musique. Il ferma les yeux quelques instants, en vain : il avait espéré réussir à dormir en journée, à défaut d’y parvenir la nuit, mais le sommeil avait l’air décidé à le bouder quelle que soit l’heure. Il eut un sourire sans joie. Il avait l’impression que sa vie tout entière était un immense cercle vicieux : ses souvenirs l’empêchaient de dormir, ses insomnies boostaient sa haine, sa haine se nourrissait de ses souvenirs, et ainsi de suite.

Résigné à l’idée de ne pas trouver le sommeil, Maru tendit mollement le bras pour attraper sa guitare. Puisqu’il lui fallait tuer le temps, autant justifier sa présence dans la salle de musique en en jouant effectivement. Il cala l’instrument contre sa hanche, effleura les cordes, hésitant. Après quelques secondes de réflexion, les notes de « Stairway to Heaven » brisèrent le silence. Maru joua quelques instants, le visage rigide. Il se souvenait que son père avait idolâtré Led Zeppelin. Alors il s’efforçait de jouer leurs morceaux le plus souvent possible. Il se crispa sur une fausse note : son doigt avait dérapé. Pourtant, ce n’étaient pas les fausses notes qui l’agaçaient le plus. C’était plutôt le fait que, aussi peu sensible était-il, il avait la nette impression que la mélodie était creuse lorsqu’il était celui qui la jouait. Il s’obstina encore quelques minutes, avant de reposer délicatement la guitare au sol.

Il jeta un regard vague en direction de la fenêtre sur le rebord de laquelle il était avachi. Il pleuvait des cordes. Quelle après-midi de merde. Comme pour confirmer sa pensée, la porte s’ouvrit. Maru se retourna calmement vers l’intrus. Qui était en l’occurrence plutôt une intruse. Il se retint de grincer des dents, et transforma la grimace automatiquement apparue sur son visage en un sourire mielleux. Dieu qu’il détestait cette fille. Rien que la vue de son atroce coloration verte lui donnait la nausée. Maru trouvait que cela lui donnait l’air d’une plante verte, ce qui était assez cohérent puisque d’après lui, elle avait également le QI d’une plante en pot. Elle n’en restait pas moins assez charmante, physiquement parlant. Psychologiquement, c’était une autre histoire. Pour le coup, elle se rapprocherait plutôt du bouledogue. Maru se demanda si elle était là pour jouer de la musique –auquel cas ce serait bien la première fois qu’il verrait une plante chlorophyllienne jouer d’un quelconque instrument- ou si elle venait simplement pour l’emmerder.
Sans se départir de son sourire hypocrite, Maru se redressa quelque peu et fixa la jeune fille pendant quelques instants, avant de lâcher abruptement :

- Addi’, tu as dû te planter de salle. Celle pour les colles est un peu plus loin, mais tu devrais le savoir, au vu des heures que tu y a passé dernièrement… et ce grâce à moi.

Il eut un rictus narquois. Il n’était pas rare que les manœuvres qu’ils déployaient mutuellement pour emmerder l’autre leur valent des punitions diverses lorsqu’elles étaient découvertes. Maru avait passé au moins autant de temps qu’Addison dans la salle en question pour cette raison, mais ce n’était qu’un détail.

- Je me serais bien passé de la vue de ton atroce chevelure aujourd’hui, chérie.

Il avait craché le dernier mot comme une insulte, avant de retrouver son sourire mielleux, comme si de rien n’était. Quelle que soit la raison pour laquelle elle était là, Addison n’était pas du genre à faire marche-arrière. Puisque tous les deux savaient déjà comment cela allait se terminer, autant ouvrir gentiment les hostilités.
Invité
Ven 28 Déc - 7:29


« Until it breaks »
Blablabla. Ouah arrête de brailler tu m’ennuie.


« Quelqu’un passe, puis encore une autre personne passe. Je m’ennuie. Je les regarde, ces gens qui font des allers-retours dans la salle. Je ne suis que vaguement intéresser par eux. Je ne veux pas leur parler mais ils troublent ma tranquillité en fermant encore et encore cette porte. Je somnole sur ma chaise tellement cette après-midi est ennuyeuse. Il n’y a tout bonnement rien à faire dans les salles de cours, désormais j’en étais sure. Posant mes jambes sur la table, posant ma tête contre la fenêtre, je regarde le couloir qui semblait bien remplis en cet après-midi. Je baille une nouvelle fois et je me lève. Je cherche quelque chose à faire. Tout en fredonnant une chanson, je parcours le bâtiment sans but précis. Haaa, tout est si ennuyeux. Je joins mes mains, dans mon dos. Je sautille, j’avance. Je regarde les gens aux alentours, je souris. Hélas je ne croisais que des personnes plus banales les unes que les autres. Hm, il n’y a donc aucune personne apte à être taquiner aujourd’hui. Pourquoi je m’embête à trouver des gens déjà. Ha, oui. Passer le temps. Je chante, je continue de sautiller comme une enfant. J’arpente, les longs couloirs du bâtiment prévu spécialement pour les études. Ou d'ailleurs, je n’y vais que très rarement en cours. J’arrive devant la salle de colle, j’arque un sourcil. Je ne la connaissais que trop bien celle-ci, et ça à cause d’un pauvre taré. Je connaissais le nombre de chaises qui s’y trouvait, le nombre de toiles d’araignée, le nombre de tables. Tant de choses ennuyeuses à faire pendant quatre heures. Je soupire puis lève les yeux. Je sautille, je me remets à chanter et je me souviens que la salle de musique n’était pas loin. A ce moment la je souris.

J’arrive devant la salle de musique et je suis heureuse. Enfin quelque chose passionnant à faire, ce n’est pas trop tôt. J’ouvre doucement la porte, fredonnant la même musique. Oh oui, que je l’adorais celle-là. Un sourire, des fredonnements, de la joie. Tout part en fumer quand j’ouvre la porte. Je vois une guitare posée à terre, une guitare que je ne connaissais que trop bien. Je tourne légèrement la tête et tombe sur celui à qui elle appartient. Mon visage se dégrade, laissant place à une grimace qui inspirait un grand dégout. Je referme la porte, j’avance dans la salle. J’essaie du mieux que je peux de ne pas m’intéresser à cette personne qui était assise de l’autre coté. Je m’avance vers l’un des placards et y sort une guitare rouge. Un autre sourire. Cela faisait longtemps que je ne l’avais pas revue, que je ne l’avais pas touché. Caresser ses cordes pour y sortir un merveilleux sons, je ne l’avais pas fait depuis si longtemps. Mais. Il y a une tache au tableau. Une voix insignifiante vient rompre une nouvelle fois ma joie. Il me cause ? Non il aboie, comme un vulgaire petit caniche. Oh … qu’il m’énerve ce gosse. Il n’a donc rien d’autre à faire ? Qu’il joue de la musique et qu’il arrête de constamment me mettre en colère. Bien que … Il n’a pas besoin de parler pour m’énervée, rien que le fait de le voir me fait sortir de mes gonds. Je soupire, prend ma guitare et m’assoie sur une table, loin de ce pauvre petit caniche repoussant. Je gratte les cordes de la guitare, je joue un air bien connu de tous. Un air simple a jouer, histoire de me remémoré un peu les notes. Rawr. Une fausse note. Une deuxième. Une troisième. Je me stoppe, je soupire. Je n’y arrive pas. Il me trouble. Rhaa. Je bouillonne. Et dès qu’il se met à prononcer sa seconde phrase, ça empire. Non. Je ne peux décidément pas l’ignorer ce petit bouffon. Tch. Il est chiant. Posant ma guitare sur la table, je tourne la tête. Je pose mon regard froid sur son visage. Je grimace, j’en ai marre. Je ressens de petites pulsions meurtrière à son égard. Mais ... pour l’instant j’essaie de les maitrisées. Je soupire, je me calme, je suis calme.

« Voyons, tu vois bien que je ne me suis pas trompé de salle. Je suis venue te rendre une petite visite. Tu vois. Je suis venue exprès pour te voir, chéri. »

Dis-je avec grande ironie. Le dernier mot, je l’avais prononcé exactement comme il l’avait fait auparavant, sur un ton insultant. Je me retourne et je baille. Rien que le fait de respirer le même air que lui me dégoutais. Oh, quelle poisse. Pourquoi tomber sur lui. Je soupire, et oui, encore. Puis je joue de la guitare. Sans fausses notes cette fois. Comme il s’était tue, ça devenait plus facile.


© failara


Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» scorpiana ▷ cause when a heart breaks no it don't break even.
» ♛ When a heart breaks - Viserys&Enora
» can you whisper as it crumbles and breaks, as you shiver, count up all your mistakes (10/04, 9h21)
» † if the compass breaks then follow your heart — billie.
» (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Archives RP-