AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Shameful Monster - Derek Smith

avatarVoir le profil de l'utilisateur
Moon
INSCRIPTION : 29/10/2015
MESSAGES : 4
Ven 30 Oct - 9:19

Derekt Smith
personnage
PRÉNOM : Derek
NOM : Smith
ÂGE : 18 ans
DATE DE NAISSANCE : 03 novembre
ORIGINES : Américaine
LIEU DE NAISSANCE : Japon, Sapporo
ORIENTATION : Hétéro... Pfff !
GROUPE : Pacifist
MÉTIER : school staff et folks
POURQUOI CHOISIR CE GROUPE ?
Derek déteste la violence, encore plus celle qui est gratuite. Il croit que communiquer est la solution magique pour régler tout conflit et que ceux qui choisissent les poings sont des gens qui ne peuvent verbaliser, donc idiots. Oui, la violence est pour les idiots.
in real life
PSEUDO : Mouton noir/Mouton/Moutmout
PRÉNOM : Robert
ÂGE :21 ans
PRÉSENCE : 4/7
COMMENT T'ES ARRIVÉ ICI : Waifu <3 8D
IDÉES/COMMENTAIRES : Waifu, t'es parfaite, ce que tu fais c'est parfait et tes teammates sont parfaites. Big love.
CODE :
physique
On reconnait Derek d'abord par sa grandeur. C'est bien le seul trait qui le démarque des autres. Pas qu'il est un géant parmi les nains, mais il dépasse en général l'élève asiatique de quelques centimètres et étant proportionné il est aussi large d'épaule. C'est une armoire à glace, Derek. Solide, fort, imposant. D'ailleurs, oui, il a du muscle. Il préfère son corps sain et c'est avec une bonne alimentation jumelée à une vie active qu'il réussit à maintenir son corps dans toute sa puissance. Dès qu'il a un peu de temps à lui, il en profite pour faire des exercices de musculation ou du jogging. Cela n'influence pas ses mains pourtant larges et fortes, un peu veineuses.

Cependant, une fois la grandeur de son enveloppe corporelle de côté, Derek est banal et ordinaire. Ses courts cheveux bruns sont bruns et sans aucun reflet. Il ne les laisse jamais allongés, car il ne croit pas que cela soit utile. Lorsque les cheveux sont longs, ils tombent dans le visage, chatouille le nez et sont indomptables. Pas pratique. Alors il préfère ses cheveux courts. Ses lèvres ne sont ni pulpeuses ni particulièrement séductrices. Elle sont minces et ne s'étirent en un doux sourire que dans de très rares occasions. En vérité, presque aucune émotion ne traverse ses traits. Son visage reste reposé et immobile. Parfois ses sourcils tout aussi bruns que ses cheveux vont se hausser ou se froncer, mais si ce seul mouvement peu captiver l'attention dans un visage de marbre, c'est uniquement pour éloigner les curieux des véritables portes menant à la personnalité discrète de l'occidental. Ses yeux. Encore une fois, rien de remarquable à première vue; ils sont de couleur noisette, entourés par des paupières garnies de longs cils noirs. Cependant, c'est bien là que se cache tous les secrets. Ce regard peut sourire, juger, pleurer sans verser de larmes ou tuer sur place. En apparence ordinaires, ces yeux font toute la splendeur de Derek.

Que dire de plus ? Sa peau est naturellement un tantinet basanée et elle prend facilement de la couleur au soleil. Quelques grains de beauté parsèment son dos et ses bras. Ici et là, des cicatrices sans importances dont il en a oublié la cause. Aucun piercing, aucun tatouage. Côté pilosité, ses jambes et ses bras sont recouverts de poils noirs subtils tout comme son ventre reliant son nombril à son sexe qui d'ailleurs est proportionné à sa grandeur.  

caractère
Derek n'en a pas l'air, mais sous cette allure peu expressive, beaucoup se cache derrière ses yeux.

Au premier abord, on comprend rapidement qu'il parle très peu. Il a toujours préféré observer la vie autour de lui plutôt que d'y participer pour plusieurs raisons. Il ne se croit pas spécial au point d'ennuyer les autres avec ses propres problèmes, il ne voit pas l'intérêt de socialiser et il ne trouve jamais rien d'intéressant à dire alors il s'abstient. Sa pensée est trop simple et rationnelle pour divertir ce qui lui donne du fil à retorde en ce qui concerne les émotions des autres. En général, Derek va mettre un certain temps pour reconnaître les états d'âme si ces dernières ne sont pas extrêmes et au plus souvent il ne va pas comprendre la cause. Cela le rend parfois maladroit sans qu'il ne s'en rend compte. Même qu'il lui arrive d'empirer la colère ou la peine de camarades avec sa parole sans filtre, directe et terre-à-terre. Ne pouvant discerner les émotions des autres, il a appris à ne pas s'en soucier ce qui l'a amené à ne pas penser deux fois à ses mots. On ne pourrait pas dire qu'il ne ment jamais, mais ce n'est pas courant chez lui. Son côté rationnel l'oblige à croire que le mensonge ne mène à rien alors à moins d'avoir de bonnes raisons, il ne dit que la vérité. Il ne ressent pas même de gêne à être honnête sur des sujets que certains voudraient peut-être éviter. Usez de votre imagination.

Malgré l'handicape de la communication, Derek reste une bonne personne qui a de bonnes intentions. Dans ses qualités, on peut y voir son côté protecteur et attentionné. Avec sa justice tatoué sur le coeur, il n'hésite pas à défendre le plus faible et s'il juge le coeur pur, il est prêt à se transformer en garde du corps. D'ailleurs, il a sa propre manière pour réconforter et rassurer les gens autour de lui. Pas du genre câlin, il trouvera ce dont vous avez réellement besoins par magie, sans dire un mot. Peut-être qu'à force de vous observer il apprend à vous connaître ? Qui sait. Pas moi.

Derek est un adorable miroir, une poutre de soutient, un arbre enraciné au sol un soir de tempête. Pourtant, il cache une bête. Oui, il a quand même quelque chose de spécial le grand garçon.  

Il faut comprendre que pour l'occidental, la violence est égal à la stupidité. Il croit que les poings apparaissent lorsque les mots cessent. Autrement dit, seul ceux qui n'arrivent pas à verbaliser peuvent s'abaisser à la bagarre. Il a en horreur les brutes. Il croit au côté civilisé des gens, il croit en leur meilleur. C'est pourquoi il n'utilise pas son corps comme une arme en sachant parfaitement qu'il pourrait faire des dégâts. Cependant, il arrive que même le grand Derek s'abaisse à la parole vulgaire des poings. Il va repousser et refouler cette envie le plus longtemps possible, mais parfois les bons mots, les bonnes actes peuvent le faire craquer. Malheureusement, lorsque la bête est libérée, il est difficile de la remettre en cage et souvent il est déjà trop tard. C'est là le complexe le plus profond chez le brun. Chaque moment irritant est un combat contre lui-même. C'est pourquoi il s'entraîne si régulièrement et pourquoi il interfère le moins possible dans les affaires des autres.

Seulement... parfois sa soif de justice est plus grande que la bête.
histoire
Après avoir confirmé son arrivé, la jeune femme alla s'asseoir sur l'une des quatre chaises d'attente. Ses cheveux bruns étaient courts et lisses, ses yeux bruns n'avaient rien de particulier et ses vêtements principalement gris se voulaient neutres et propres; un pantalon et un haut modeste d'un bleu royal recouvert d'un veston. La seule extravagance remarquable se trouvait dans la monture de ses lunettes qui était rouge vif, mais le style même n'était pas trop voyant. Allyson Smith était raide, tendue, mal à l'aise. Son sac à main à sangle longue posé sur ses genoux était tripoté de mille et une manières, pauvre victime de son stress évident. Ses pensées allaient à toute vitesse et sautait du coq à l'âne. Elle ne voulait surtout pas oublier de dire ceci, de préciser cela, de se retenir de parler de ça. Ses méninges travaillaient si fort que cela l'étourdissait et lui donnait de véritables maux de crâne. Elle sursauta même un tantinet en entendant la brève sonnerie de téléphone qui résonnait du bureau de la secrétaire. Ses yeux se fixèrent sur cette dernière devinant que cela la concernait. Comme de fait, on lui accorda la permission d'entrer dans le bureau du directeur. Ally sourit poliment, timidement et se leva pour se rendre à la porte qui lui paraissait si imposante et intimidante. Elle s'arma de courage d'une profonde inspiration, puis entra.

Le grand patron l'accueillit avec un charmant sourire et elle y répondit avec le même. Il ne fallait quand même pas montrer ses faiblesses. Elle se créait cette carapace de femme occidentale confiante et extrêmement respectueuse. Ils échangèrent un bref salut du torse et le directeur l'invita à s'asseoir ce qu'elle fit. Au cours de ses vingt années en sol nippon, Allyson s'était finalement habituée aux coutumes japonaises et surtout aux standards très élevés. Sa voix était maintenant à un niveau convenable pour l'oreille japonaise, lorsqu'elle riait, elle le faisait sagement et couvrait sa bouche et elle ne blablatait plus sans respirer. Évidemment, cela avait été un véritable choc culturel à son arrivé au Japon. Elle s'en rappelait comme si c'était hier...

Pas le temps de s'envoler vers un passé déjà vécu. Sa concentration n'était qu'à un endroit, sur son fils et elle devait y rester. Par politesse, le directeur demanda les questions de base. Allait-elle bien ? Oui. Avait-elle trop attendue ? Du tout. Voulait-elle de l'eau ? Ce n'était pas nécessaire, mais c'était très gentil. En retour, Ally espérait de pas déranger. Nullement. Elle remerciait qu'on lui accorde cette rencontre malgré l'horaire chargé. Tout le plaisir était pour lui. Voilà ça de fait. Il était maintenant temps de plonger dans le vif du sujet. Le directeur au sourire digne d'une pub de dentifrice affirma que cela n'arrivait pas souvent qu'il reçoive des parents occidentaux et il se fit curieux. Toute prête pour l'interrogatoire, la jeune mère sourit à nouveau et commença son récit dans un japonais qui se respecte. Elle ne s'était pas encore débarrassé de son accent, mais avec le temps, elle en était venue à croire que c'était une cause perdue.

- J'ai fais mes études en Amérique pour devenir interprète. C'est grâce à mes parents que j'ai connu la culture du Japon, car nous avons beaucoup voyagé quand j'étais plus jeune. Je voulais y revenir donc je me suis spécialisé dans la langue.

Il hocha la tête, puis baissa ses yeux noirs sur un dossier ouvert où se trouvait plusieurs documents. Allyson n'osa pas y poser le regard, mais il était facile de croire que c'était là le dossier scolaire de Derek. Le directeur compléta le court résumé par une question en demandant depuis combien de temps elle avait emménagée au pays. Presque vingt ans. Dix-neuf et des bananes qu'elle se retint de dire. Il fallait rester professionnelle. L'homme devant elle lui redonna toute son attention et avec un petite sourire remarqua que Derek était né en sol japonais, puis il resta silencieux. Comprenant qu'elle devait reprendre la parole, Ally s'avança.

- Oui, il est né à Sapporo. Nous n'avons pas bougé depuis.

Sans timidité, le directeur demanda si le père était japonais et la mère répondit que non, sans développer. Le père avait été un collègue d'études et de travail, mais avant même que l'enfant soit né, le couple s'était séparé. Depuis, Allyson avait eu un autre homme dans sa vie pendant quelques années, mais ça n'avait pas duré. Ce n'était qu'elle et son fils contre tous. Être mère monoparentale était encore un peu tabou au Japon. Cependant, elle n'avait eu plus de peur que de mal en supportant ce poids sur ses épaules. Rare avait été ceux qui disaient ne pas être d'accord avec sa décision. Heureusement, ces gens n'avaient pas gâchés son envie d'être parmi eux. D'ailleurs, elle ne s'était jamais marié. Elle lui avait offert son propre nom de famille à la naissance. Vieille fille...

Alors que ses yeux bruns se baissaient sur son annulaire nu, la conversation reprit la ramenant au sujet vital. Derek. Avait-il eu de la difficulté à l'école vu sa nationalité étrangère ?

- Non, non. J'ai été heureuse de voir que les classes sont plutôt hétéroclites. J'avais eu certaines peurs à cet égard. Il a grandit très vite certes, mais cela n'a pas causé de problème. Au pire, les élèves étaient intimidés, au mieux, on s'entourait de lui pour une question de sécurité. Il était bon dans les sports alors ses amis venaient principalement de là et même si son intérêt n'a pas duré très longtemps, la bande ne s'est pas séparée. Non, Derek a toujours été très calme et posé. Il ne parle pas beaucoup et les gens ont tendance à apprécier ce trait de personnalité. Il est comme ça depuis qu'il est jeune.

Le directeur ne sembla soudainement pas très convaincu. Il retourna au dossier et survola quelques pages en silence. Pendant ce temps, Allyson repassa ce même dossier dans sa mémoire. La moyenne de son fils n'était pas excellente ni mauvaise. Elle se tenait plus haute que la note de passage, mais sans être exceptionnelle. La matière la plus rude pour Derek était bien sûr le japonais, mais il se débrouillait bien dans les autres. Avec sa rationalité, les mathématiques étaient où il avait le plus de facilité. Cependant, alors que la mère croyait qu'on allait l'interroger sur les performances scolaires, on la surprit avec la question qu'elle craignait le plus. Qu'était-il arrivé exactement à la précédente école ?

La carapace se fissura et le sourire s'effaça. Ses yeux bruns s'abaissèrent à ses mains jointes sur ses cuisses qu'elle observa avec une certaine peine. Elle avait préparé beaucoup d'excuses aussi bonnes les unes que les autres, mais une fois cernée, Ally savait qu'elle ne pouvait pas mentir. Elle prit une nouvelle inspiration de courage.

- Derek est calme et posé... en plus d'être mon petit justicier. La justice. C'est ce qui le passionne même si « passion » n'est pas le bon terme... Disons que c'est la valeur la plus importante pour lui. Il ne va pas se balader dans les rues le soir pour sauver les innocents, non.

Elle eut un petit sourire maternel.

- Il ne croit pas que les histoires des autres le concerne et c'est un peu ce qui le déchire. Il voudrait ne pas interférer, mais parfois c'est plus fort que lui... Fujita, Takeo, l'autre élève, était son ami le plus cher. Ils se sont connus dans l'équipe de basket-ball et leur amitié a grandit à partir de là. Ce que je ne savais pas, c'est que ce garçon que je croyais si sage - un peu rebellé certes, mais sage - était en réalité une brute. Le genre d'élève qui fait un peu ce qu'il veut et qu'on ne veut pas contre soi, vous voyez ?

Le directeur hocha lentement la tête et affirma qu'il voyait très bien ce dont elle parlait. Alors, elle continua son récit. Elle s'en voulait toujours de ne pas avoir pu protéger son Derek. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que le duo si rayonnant qui passait du bon temps à la maison avait fait la loi entre les murs de leur école. Son fils lui avait expliqué la situation. Lui-même n'avait pas su dans quoi il s'était embarqué. Il s'était pris d'affection pour son nouvel ami et graduellement, il l'avait vu baissé son masque. Cependant, il n'avait pas voulu l'abandonné alors il avait minimisé les dégâts de l'ouragan Fujita. Chaque fois que la brute frappait, Derek soignait. Ça avait fonctionné jusqu'au moment où la brute alla trop loin.

Ally regarda ses mains jouer anxieusement entre elles.

- Fujita avait eu une mauvaise journée et il s'en était pris à un innocent. Derek avait tenté de le calmer, sans succès. Ils ont finis par se disputer, s'engueuler, puis... Ils se sont battus. Fujita a été blessé sérieusement, mais rien de permanent. Cela ne se reproduira pas, je vous assure.

Derek ne se souvenait pas de l'incident. C'était flou. Il avait été très en colère. Cela ne lui ressemblait pas. Cette violence n'était pas lui. Ou l'était-elle ? Son fils parlait si facilement de ce qui se passait dans sa tête, mais il n'exprimait que rarement des émotions. Peut-être avait-il tout enfermé quelque part, dans une boîte et que sous la secousse, elle s'était entre-ouverte. Allyson avait peur de ce que ça signifiait et elle comptait bien demander l'aide d'un spécialiste. Toute seule face au monstre qui dort... elle ne pensait pas y arriver...

La suite de leur conversation se fit sur la paperasse embêtante, puis leur réunion prit fin. Le directeur rassura la mère qu'il n'allait pas y avoir de problème. Cela était bien à savoir. Néanmoins, Ally restait inquiète sur la situation de Derek. Est-ce que cette violence soudaine allait reprendre le dessus ? Elle s'éloigna de cette pensée en réfléchissant à ce qu'elle avait omis de dire pendant sa réunion. Non, elle avait tout. Bon, elle n'avait pas mentionné la vie amoureuse de son fils, car même elle se demandait si cette dernière existait. Un jour, elle pouvait le trouver dans la maison avec une jeune demoiselle et plusieurs semaines plus tard, il lui indiquait que c'était terminé lorsqu'elle demandait ce qui en était devenu. Heureusement, elle avait pu éviter la fameuse conversation avec son jeunot, car aussitôt qu'elle aborda le sujet, Derek lui avait assuré que ce n'était pas nécessaire. Ouff.

Finalement, mis à part l'incident plutôt malheureux, il n'y avait pas grand chose à dire sur son fils, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Cela ne le rendait pas moins intéressant et attachant. Son Derek était différent, unique et elle tenait à lui. C'est pourquoi le laisser dans ce pensionnat la peinait un peu. Ne plus avoir la présence discrète de son homme allait lui manquer, mais c'était pour le mieux.
Invité
Ven 30 Oct - 12:24
Bonsoirrrr cher Derek et bienvenue !
Hâte d'en découvrir plus sur ton personnage !
avatarVoir le profil de l'utilisateur http://sei-gakuen.forumactif.com
UNKNOWN
INSCRIPTION : 15/07/2012
MESSAGES : 738
Mar 10 Nov - 18:18
Validé <3 J'te fais l'amûr ma femme. *fuis*
#veryserious

______________________________________________

- MERCI DE NE PAS MP CE COMPTE -
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Derek Boogaard meurt à l'âge de 28 ans
» Signature de contrat - Derek Boogaard
» Inscription de Derek Sagan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sei Gakuen :: Archives rp 2-